Autour du Jazz

Rattrapage.

« Beyond the predictable touch » Edward Perraud

Edward Perraud a, cette année 2015, sorti le deuxième opus de son propre groupe, « Synaesthetic Trip » soit, dans une traduction totalement approximative, un voyage immobile de perceptions simultanées associant différents sens. Un programme qui tient du sublime. D’autant qu’il en rajoute avec le titre : « Beyond the predictable touch », soit au-delà du prévisible pour retrouver le credo de « Das Kapital ».

Jazz : Edward Perraud

Là aussi, il fait appel à toutes les musiques, même celle des grands orchestres de danse des années 30. Les multiples citations pourraient faire l’objet d’un jeu des 1000 euros musical. Le collage se transforme en puzzle. Chaque pièce prend sa place tout en existant par elle-même. Benoît Delbecq, piano et claviers, Bart Maris, trompette et bugle et Arnaud Cuisinier, contrebasse s’inscrivent dans cette esthétique. Le groupe fonctionne. Les invités, Daniel Erdmann, saxophone ténor et Thomas de Pourquery, saxophone alto, sont à l’aise dans cette atmosphère et pour cause…

Ils savent ne reculer devant rien, devant aucun mauvais goût, aucune bluette pour la travailler au corps et à l’âme et la transformer sans qu’elle s’en rende compte. Ils ne craignent ni le romantisme ni l’improvisation la plus débridée.

Nicolas Béniès.

« Beyond the predictable touch », Edward Perraud, Quark distribué par L’Autre Distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Invitation au voyage »
    Il est des albums qui disent tout ce qu’il faut savoir sur la pochette : « The Greenwich Session by Luigi Grasso, Invitation au voyage. » Luigi Grasso est saxophoniste, arrangeur et chef d’orchestre... Lire la suite (19 septembre)
  • « The Window »
    Jazz, Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier,... Lire la suite (19 septembre)
  • "Smart grid"
    Dans ce monde construit sur l’éphémère, le versant de l’accélération du temps, il est nécessaire, vital de se permettre d’entendre les murmures du temps, de revenir vers ses mémoires et ses filiations.... Lire la suite (16 septembre)
  • « Hommage à la musique de Miles »
    « Hommage à la musique de Miles » est un titre d’album qui suscite d’abord le rejet. Encore Miles, toujours Miles ! Le cordon ombilical est fait d’un bois dont on ne fait pas de flûtes. Même Alexandre... Lire la suite (7 septembre)
  • « Cinéma invisible »
    Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes... Lire la suite (6 septembre)