Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 novembre au Théâtre du Rond Point

« Beyond » Deux critiques

L’Australien Yaron Lifschitz et la Compagnie Circa nous entraînent au-delà (beyond) des frontières et des limites de nos corps de pauvres humains. Quatre jolies filles, qui semblent tantôt faites de caoutchouc tantôt d’acier, et trois beaux garçons, tout en muscles, se plient ou s’envolent défiant les lois de la pesanteur avec une grâce incomparable. Pyramides humaines, portées acrobatiques, contorsions, cerceaux, trapèze, sangles, mâts chinois, tout est bon pour passer les limites.

Théâtre : Beyond

Une main mystérieuse ouvre le rideau rouge et une belle jambe nue se faufile, bientôt suivie par le groupe, qui se jette avec frénésie dans une cascade de sauts périlleux. Les costumes blancs et noirs très géométriques se détachent sur les rideaux rouges. Le spectacle commence sur la voix de Sinatra chantant New York, New York dans une ambiance de cabaret glamour avec une femme portant un homme en équilibre sur un bras et s’achèvera avec My way . Parfois parés de grandes têtes de lapins, les interprètes semblent prêts, comme celui d’ Alice au pays des merveilles, à nous entraîner dans le terrier qui conduit de l’autre côté, celui de l’apesanteur et de la poésie. Déterminée comme Alice, une interprète réussit à réaliser la combinaison parfaite du Rubik’s Cube tandis que tous s’acharnent à l’en empêcher, passant devant ses yeux ou s’attachant à tenter de bloquer ses bras dans des combinaisons de contorsions extravagantes. Six cerceaux d’un magnifique bleu fluo tournent ensemble autour des jambes, des bras, des hanches et de la taille d’une svelte jeune femme qui arrive à orchestrer un hula-hoop magique.

Le spectacle défile, on s’attrape par les cheveux, on se tient du bout des doigts et même du bout des dents, un garçon envoie une fille en l’air, saute par-dessus un autre pour la rattraper, sur les pointes de ses chaussons rouges de ballerine, une fille fait voler un garçon, un ours bafoue les lois de la gravité. Mais qui ne les bafoue pas dans Beyond  ? Le temps passe vite et on aimerait que cela dure encore.

Micheline Rousselet

Beyond pour signifier au-delà, par-delà les frontières et les limites, aux lisières de tout ce qui rapproche l’homme de la bête.
D’entrée, juste après un numéro de contorsions, les artistes chaussent, pour représenter l’instinct animal, des têtes de lapins blancs.
Et le ton du spectacle est donné. Les bestioles sous cette apparence à la fois douce, apaisante et gentiment grotesque s’agitent en virtuoses de l’envol ou de la chute.
Sur la voix de Franck Sinatra interprétant "New-York New-York", une femme porte à la force d’un seul bras un homme en équilibre, un autre est soulevé du sol au seul moyen de la mâchoire, une femme munie d’un éventail jongle avec des bulles de savon…
Dès lors, le rythme des numéros contrastés, souvent drôles, parfois franchement haletants, ne faiblira pas une seule seconde pendant l’heure et quart que dure le spectacle.
Ballets aériens millimétrés, pyramides humaines, jets de chaises, mâts chinois, grimpés acrobatiques aux rideaux ou contorsions dans des sangles, "Beyond" enchaîne les numéros de voltige et les surprises dans une suite effrénée de démonstrations sans cesse réinventées.
Avec des cerceaux, un élastique, un Rubik’s cube, un rideau de scène, sept interprètes-acrobates virtuoses rompent avec les codes du cirque traditionnel et réinventent les lois du nouveau cirque dans un écrin rouge où les corps deviennent jouets élastiques au cours de drôles de combats pacifiques.
C’est beau, reposant, et le spectateur n’a plus qu’à se laisser porter par les performances et la bonne humeur.
En ces temps bouleversés, face à un avenir préoccupant, "Beyond" offre l’occasion d’un beau moment de détente.

Francis Dubois

Du mardi au samedi à 18h30, le dimanche à 15h. Relâche les lundis

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)