Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Franssou Prenant (France)

« Bienvenue à Madagascar » Sortie en salles le 15 mars 2017.

«  Bienvenue à Madagascar  », contrairement à ce qu’on pourrait attendre du documentaire de Franssou Prenant, est constitué presque essentiellement d’images d’Alger où, enfant, au sortir de l’indépendance, la réalisatrice a appris la liberté et dont, quelques décennies plus tard, immigrée à l’envers et exilée volontaire, elle a fait sa ville d’adoption.

Ces images, d’une grande variété et d’une grande liberté, elle les a glanées un peu partout dans la ville ou tournées en épluchant des quartiers et des recoins qu’elle connaît, qu’elle a aimés et hantés au cours de nombreuses aventures urbaines où elle a souvent laissé toute leur part au hasard et aux circonstances.

Tout ce qu’elle a filmé « en vrac », les rues, les habitants, la mer, les cimetières, les marchés, les fragments de nature, les détails d’architecture, les enfants, les chats, les poules en liberté, le port et qui apparaît de façon furtive ou au contraire, étalé dans le temps, après un montage virtuose, donne lieu à un déferlement d’images qui submerge et fascine.

Cinéma : Bienvenue à Madagascar

Chez Franssou Prenant, les témoignages ne proviennent pas d’entretiens ou d’interviews filmés mais de voix off qui, à se répéter, deviennent identifiables et familières.

Ces paroles, extraites de conversations, d’échanges spontanés, lors de face à face ordinaires et hors champ, évoquent tour à tour les répressions similaires menées par la France en Algérie et à Madagascar, l’amour et comment il est (im)-praticable, la religion à la fois si prégnante et son rejet, les mœurs, les à priori enracinés dans les mentalités, le désir d’en sortir, les guerres (celle avec la France pendant la guerre d’indépendance et plus tard, la guerre civile contre le terrorisme), la banalisation du quotidien, la mondialisation du paysage urbain, la culture qui tend à se faire de plus en plus rare, les prostituées des cités pétrolières, les immigrés espagnols sous le franquisme, les réfugiés politiques des pays frères dans les années 70, l’école...

Ce déferlement de paroles est monté en canon ou en fugue, interférant les unes avec les autres, intervenant les unes sur les autres, se superposant dans les limites de l’audible.

Cette technique force l’oreille et produit une certaine tension car tout ce qui est dit en solo ou en dialogue est passionnant mais risque à tout instant d’échapper à l’écoute.

Les témoignages sont à la fois souvenirs et considération politique, éthique et dérision, colonialisme et marasme actuel et l’affluence de la parole finit par devenir musique.

Et toutes ces paroles imbriquées, témoins du présent, faisant ressurgir le passé et l’histoire, créent un mouvement entre « avant » et « maintenant » en décalage qui amplifient les images, leur donnent une profondeur et un supplément d’être.

Les paroles qui sont celles d’amis ou connaissances, jeunes et vieux, portées par un montage ciselé, glissent parfois du côté du « poétique ».

«  Bienvenue à Madagascar  » est un film polyphonique dont les qualités cinématographiques soutiennent le propos et qui, au-delà d’une description d’Alger, traite du monde, de l’histoire coloniale, de la lumière et de sa beauté, de la déambulation et de la contemplation.

C’est à la fois un acte de mémoire salutaire et un ouvrage cinématographique original et complètement abouti.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)