Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Jonathan King (Nouvelle Zélande)

"Black Sheep" sortie en salles le 19 mars

Henry est phobique des moutons. Sur les conseils de sa thérapeute, il décide de vendre à son frère ses parts de la ferme dont il a autrefois hérité. Pour cela il est obligé d’affronter une dernière fois la campagne et ses troupeaux. Il ignore tout des expériences génétiques qu’on opère sur les moutons. Alors qu’il arrive à la ferme, des militants écologiques libèrent un agneau mutant provoquant très vite un fléau qui va se répandre et transformer les placides ovins en redoutables prédateurs. L’image qu’on a de la Nouvelle-Zélande dans le monde entier repose sur deux clichés : les moutons et les paysages verdoyants. L’idée de Jonathan King a été de faire voler en éclats cette double image idyllique et les idées reçues. Des scènes violentes de carnage dans un décor vert et paisible avec des animaux synonymes de douceur, de placidité et réputés stupides devenus des monstres était une démarche exaltante. En réalité, les caractéristiques douces du mouton masquent une réelle puissance. Il a des sabots pointus, des dents fortes et ses yeux noirs rappellent ceux du lézard. Il suffit d’opérer très peu de modification sur l’agneau pour le transformer en monstre. C’est ce que fait Jonathan King. en imaginant un hybride de loup-garou et de mouton.
Pour une grande partie, l’intérêt du film réside dans la photographie de Richard Bluck qui avait participé entre autres au Seigneur des anneaux, à La légende de Zorro ou à King Kong, et dans la conception des créatures dues à Dave Esley qui fut au générique d’Alien 3, de Mission impossible ou d’Indiana Jones et de La dernière croisade. Le scénario est prétexte à poursuites, menaces répétées et autres scènes de déchiquetage plutôt attendues au cours desquelles persistent dans leurs convictions et s’affrontent des écolos angéliques et des scientifiques pervers. La morsure du mouton transformant la victime en monstre, seul l’antidote lui permet de retrouver son aspect initial. Les bons s’en sortent, pas les méchants. En attendant on s’est quelquefois accroché à son fauteuil. La meilleure preuve que le film a atteint son objectif : amuser et faire peur.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)