Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’animation de Francis Nielsen (France-Espagne-Belgique-Italie)

"Blackie § Kanuto " Sortie en salles le 27 avril 2013

Kanuto a beaucoup de mal à apprendre son métier de chien de berger. Or, un jour naît dans le troupeau une brebis noire et l’événement va profondément modifier la vie de Kanuto.

Loin de se fondre dans le troupeau, Blackie affirme sa différence et sème le désordre dans l’ordre établi de la ferme.

Tout va tant bien que mal jusqu’au jour où la jeune brebis apprend qu’on a marché sur la lune.

Plus rien désormais ne l’arrêtera dans son projet d’y aller aussi et elle embarque tout le monde dans une folle aventure au cours de laquelle Kanuto doit calmer les comportements et faire face aux situations les plus imprévisibles.

Ensemble, ils vont être amenés à affronter un loup créateur de mode à grosses lunettes noires et séducteur invétéré, Grumbo, un chien aussi rigide que stupide, des araignées couturières et trois chiens spationautes qui disposent d’une fusée prête à décoller.

Leur rencontre avec Pinkie, un mouton génétiquement modifié, à l’apparence monstrueuse et dont la méchanceté n’a pas de limites, sera la dernière épreuve à laquelle nos héros finalement très ordinaires, seront confrontés.

Le film d’animation de Francis Nielsen, on l’aura compris, offre une galerie de personnages nombreux, hauts en couleurs, pris dans la tourmente d’une histoire déjantée, parfois quelque- peu décousue.

Peut-être l’erreur est-elle d’avoir trop multiplié les personnages au point qu’on se perd un peu dans la part de chacun dans le récit ?

Et même si chacun est drôle, parfaitement dessiné, on cherche souvent à joindre les bouts de l’histoire.

Le mouton noir du troupeau au lieu de se fondre dans le troupeau, joue au contraire sur sa différence et s’impose comme l’instigateur des projets les plus fous sous le regard éberlué du couple de fermiers.

Karl Wolf, en qualité de créateur de mode est à la recherche des plus belles laines. Pour arriver à ses fins, il déploie toute l’étendue de son charme auprès des jeunes brebis naïves à qui il promet monts et merveilles.

Victime des expériences de l’agence spatiale, Pinckie sous son apparence d’énorme monstre repoussant, cache un grand cœur et Jet Ki Pu, grand maître du Karaté est l’araignée la plus venimeuse du monde, dont le venin ne connaît aucun antidote.

On est pris par le rythme nerveux d’un récit qui ne connaît aucune faiblesse et derrière les aventures qui se succèdent et ne laissent jamais place à aucun temps mort. Derrière la comédie effrénée, se cache une réflexion sur la différence, la recherche de soi à travers les autres, l’apprentissage de la vie en société.

Le graphisme est simple et élégant et la texture laineuse se devine souvent dans le reste du décor, le feuillage des arbres, la végétation, créant une unité bienvenue dans l’image.

On ne s’ennuiera pas (dès cinq-six ans) et l’on s’amusera à désembrouiller après la vision du film, le nœud des enchaînements parfois un peu tirés par les cheveux.

Mais ça fait partie du plaisir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)