Actualité théâtrale

Du 24 au 29 juin au Monfort, partenaire Réduc’Snes

« Blanche Neige » Festival du futur composé, autisme et culture

Pour sa quatorzième année ce festival réussit le tour de force de mettre sur scène dans un théâtre prestigieux de jeunes handicapés, dont certains le sont lourdement, et de les mêler avec une grâce et une légèreté surprenante à des professionnels pour une comédie-ballet. C’est une Blanche Neige émancipée, à la fois naïve et déterminée, qui nous est présentée. Ce n’est pas la pomme qui l’empoisonne, mais le baiser de la Sorcière. Face à sept moinillons délurés, elle refuse le Prince, joli danseur vaniteux qui l’a ramenée à la vie, et épousera celui qu’elle a choisi.
Le spectacle a été écrit par un psychiatre, le docteur Roland Manuel, qui a travaillé avec Basaglia à l’hôpital psychiatrique de Trieste et s’est beaucoup impliqué dans des expériences culturelles en milieu psychiatrique, avec Tony Lainé, Michel Foucault, David Cooper, entre autres. C’est lui qui a crée ce festival qui fédère des associations culturelles et une trentaine d’institutions d’Ile de France. Il connaît les comédiens handicapés, a élaboré une œuvre à leur mesure et le résultat est très au-dessus de ce à quoi on pouvait s’attendre. Mis en scène par Olivier Couder, le conte prend une dimension nouvelle. Il devient l’expression d’un désir de liberté et d’épanouissement des sens, vante la loyauté et le partage, combat la jalousie et la fatuité. Sur une musique baroque somptueuse, se développe un message de tolérance pour toutes les formes d’existence, même les plus cabossées, et cela s’accorde parfaitement à ce travail qui intègre ces jeunes sur scène à des danseurs professionnels. Ils disent leur texte, certains dansent, l’un n’hésite pas à se lancer dans l’acrobatie avec des tissus aériens. Les trois-quarts de ceux qui sont sur scène sont des handicapés. Certains font depuis longtemps du théâtre (Le théâtre du cristal fondé par Olivier Couder), d’autres sont plus lourdement handicapés. A leurs côtés quelques éducateurs et trois danseurs professionnels (Delphine Jungman, Jody Etienne et Patricia Zehme). Les chorégraphies sont de la très grande danseuse Kaori Ito, qui a dansé avec les plus grands, Decouflé, Preljocaj, Sidi Larbi Cherkaoui et qui se produit actuellement avec Aurélien Bory et les Ballets C de la B.

Le résultat est très beau. Costumes, musique, danse, tout est digne d’une représentation professionnelle. Sur scène, les comédiens, professionnels et handicapés unissent leurs compétences. Chacun a sa place en fonction de ses possibilités, mais tous se dépassent, au point que c’est seulement au moment des saluts, à la fin du spectacle, que l’on prend conscience du lourd handicap de certains. La surprise est totale et l’émotion d’autant plus grande.

Micheline Rousselet

Le Monfort
Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion
75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88
www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)