Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nadège Trebal (France)

"Bleu pétrole" Sortie en salles le 30 mai 2012

Dans une raffinerie implantée sur l’estuaire de la Loire, des centaines d’hommes travaillent à la transformation de brut en pétrole.
Pendant le même temps une poignée d’entre eux développent des idées, les matérialisent sur papier dans le local syndical, mettent au point les bonnes stratégies pour détourner celles d’une direction soucieuse d’une rentabilité optimale.
Des centaines de silhouettes qu’on aperçoit au travail ou en train de fumer une cigarette pendant les quelques minutes de liberté qui leur sont autorisées, et le personnage récurrent du film de Nadège Trébal, le charismatique Christophe Hiou, nouveau secrétaire général de la CGT de la raffinerie Total de Donges, habitent ce documentaire qui prend, en cours de route, des airs de fiction.

Située à l’embouchure de la Loire, la raffinerie de Donges est la deuxième en France en capacité de brut traité.
Du fait de l’identité de son propriétaire (Total) et de l’importance de son activité, Donges occupe une place à part dans le paysage économique, social et syndical de la France.
Donges fut, et c’est important de le savoir pour mieux apprécier le film, à la pointe du mouvement contre la réforme des retraites en 2010 pour devenir l’un des symboles de l’extension et du durcissement du conflit.
S’étendant sur une superficie de 350 hectares, équipée de six appontements permettant d’accueillir des navires de 1000 à 170 000 m3, ses activités représentent 40% du trafic global du Grand Port maritime de Saint-Nazaire.
"Bleu pétrole" est un regard sur le fonctionnement intime du local syndical de cette raffinerie et la caméra patiente, presque indiscrète de Nadège Trébal, est tellement douée pour trouver le bon point de vue, que les personnages témoins du documentaire finissent par devenir des personnages de cinéma auxquels on finit par s’attacher.
La rédaction d’un texte de revendication, le choix du mot juste, la remise en forme d’une phrase pour rendre l’idée qu’elle véhicule plus exacte, pourraient donner lieu à des séquences fastidieuses. Mais peut-être parce que très vite Christophe Hiou et ses collègues nous sont devenus familiers, la scène devient un vrai moment de cinéma et les expressions qui s’inscrivent sur le visages pourraient relever du jeu dramatique.
Nadège Trébal ne se contente pas de savoir poser sa caméra dans un local syndical pour le rendre vivant et habité. Elle sait tout aussi bien surprendre des "personnages" de passage, des ouvriers au moment de leur pause, un shoot dans une poubelle, la difficulté à retrouver la bonne place d’un couvercle. Elle n’oublie pas que la raffinerie qui se situe sur l’estuaire de la Loire voisine avec la nature, que des vaches paissent dans un espace de pâturage entre les cuves…
Mais surtout, elle sait filmer un responsable syndical comme un comédien, lui donner l’épaisseur d’un personnage et saisir sur sa personne ce qui l’amène au bord d’un vrai jeu dramatique.
Bravo !
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)