Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 avril au théâtre de la Tempête

« Boesman et Lena »

Errant de campement en campement, Boesman et Lena avancent, chassés par l’homme blanc, qui détruit systématiquement leurs pauvres cabanes. Épuisés, chargés de sacs de toile, de bidons, de quelques bouts de bois et de chiffons, ils tentent de se faire un abri pour échapper au froid nocturne et à l’humidité des marécages. La guerre fait rage entre eux. Entre deux verres de gnôle, Boesman cogne Léna. Elle crie, se plaint mais garde un cœur pur. À la différence de Boesman, elle est encore capable de compassion envers plus déshérité qu’elle, le cafre, « ce nègre » dit Boesman qui lui est un Hottentot, la population d’origine de l’Afrique du Sud, plus claire.

Théâtre : Boesman et Léna

Philippe Adrien a mis en scène la pièce de l’écrivain blanc Sud-Africain, Athol Fugard. Dans un décor de terre boueuse, habillés d’oripeaux, Christian Julien et Nathalie Vairac, deux comédiens antillais incarnent Boesman et Léna. Christian Julien campe un Boesman débrouillard, qui veut croire qu’il n’a besoin de personne et met Léna dehors quand elle veut aider Outa, le cafre. À la question de Léna qui lui demande « elle est où ma vie » il répond cyniquement « ici dans la boue ». Nathalie Vayrac est une Lena touchante, révoltée contre la brutalité des Blancs et de Boesman, auquel elle n’hésite pas à rappeler qu’il s’est mis au service des Blancs pour brûler les baraques des miséreux, comme lui. Avec douceur elle emmène Outa, incarné par Tadié Tuéné un comédien camerounais, près du feu, lui donne de l’eau, sait qu’elle a besoin de quelqu’un pour l’écouter. On a le cœur serré quand on l’entend dire « avant j’avais un chien, maintenant j’ai Outa ».

Le texte est fort, écrit comme un brûlot. « On est les déchets des Blancs. Á cause de nous, ils n’arrivent pas à se débarrasser de leurs déchets. Ils jettent, on ramasse », dit Boesman. Écrite en 1968, en plein apartheid, la pièce retrouve une nouvelle actualité, si l’on songe aux inégalités d’aujourd’hui, aux précaires, aux SDF et au rejet des migrants par des gens qui n’ont guère plus qu’eux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « À deux heures du matin »
    Pourquoi cet homme n’a-t-il pas allumé son téléphone portable depuis trois jours, pourquoi a-t-il effacé son compte facebook pour le rouvrir peu après sous un autre nom, pourquoi n’a-t-il pas pris... Lire la suite (17 septembre)
  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)