Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Otto Preminger (Etats-Unis 1958)

"Bonjour tristesse" Sortie en salles le 2 novembre 2011

Cécile, dix-huit ans, étudiante dilettante, mène une vie sans contraintes auprès de son père Raymond, un riche quadragénaire qui va d’une conquête féminine à l’autre.

La période d’insouciance va trouver une issue dramatique au cours de l’été dans une superbe villa sur la Côte d’Azur.

"Bonjour tristesse" est l’histoire d’un paradis à jamais perdu pour la jeune héroïne, sous les effets conjugués de sa lucidité et d’une volonté perverse de triompher.

Le roman de Françoise Sagan fit fureur à sa parution et il était prévisible que le cinéma s’emparerait de cette histoire. Ce qui est plus surprenant, c’est que ce fut un prestigieux réalisateur américain, Otto Preminger, qui obtint les droits de ce petit sujet qui n’avait rien à voir avec les thèmes politiques ou sociaux de ses réalisations précédentes.

C’est ainsi, qu’à l’articulation de deux périodes, "Bonjour tristesse" occupe une place vraiment à part dans l’œuvre du cinéaste.

C’est peut-être parce qu’il venait de donner le rôle de Jeanne d’Arc à Jean Seberg qu’il pensa à elle pour endosser celui de Cécile, qui convenait parfaitement à sa silhouette frêle, à son charme indéniable vaguement androgyne et à ce charisme qui allait faire mouche, quelques temps plus tard, dans " A bout de souffle" de Godard.

Preminger lui offrit des partenaires prestigieux, des comédiens qui étaient au top de leurs carrières : David Niven qui apportait son charme et son élégance toute british au personnage du père, Deborah Kerr le raffinement austère à celui de la créatrice de mode, Anna Larsen et la Française Mylène Demongeot, récemment révélée dans " Les sorcières de Salem" de Raymond Rouleau.

La villa, cachée dans la pinède, face à la mer et aux criques, à laquelle on accède par des chemins escarpés, offre un cadre idéal à l’observation des allées et venues de ce microcosme rompu à l’oisiveté et à la vie nocturne.

Pour marquer la double nature du film, Otto Preminger a choisi de tourner en noir et blanc les séquences actuelles, et en couleurs, celles des flash-back qui relatent les vacances oisives jusqu’au moment du drame.

Bien qu’adapté d’un roman français et tourné en France, "Bonjour Tristesse" est une réalisation totalement hollywoodienne et il est intéressant d’observer par quels mécanismes de mise en scène a été transformé un petit sujet intimiste en superproduction américaine.

Le phénomène, même s’il tient à la présence de David Niven et de Deborah Kerr, deux grandes vedettes américaines de l’époque, tient aussi à l’ampleur du Cinémascope et du technicolor, aux accessoires, aux voitures, aux vêtements, à la teneur des dialogues et à la musique du pourtant bien français Georges Auric.

Et l’illustration du petit roman écrit par une jeune fille de dix-sept ans à la fin des années cinquante redevient, avec cette ressortie sur les écrans, une curiosité attachée à une époque du cinéma hollywoodien, et à la fulgurance d’un succès de librairie dont on ne sait pas dire, aujourd’hui, après la mort de son auteur, dans un grand dénuement, s’il fut mérité ou factice.

 

Francis Dubois

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)