Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bertrand Mandico (France)

"Boro in the box" Sortie en salles le 2 juillet 2014.

En 1999, Walérian Borowczyk propose à Bertand Mandico de le rencontrer. En 2006, Borowczyk meurt. En 2010, Mandico essaie de remédier à ce rendez-vous manqué…

Il réalise alors un portrait fantasmé et fictif du cinéaste polonais familièrement appelé "Boro".

A travers le portrait d’un homme qui a grandi la tête dans une boîte, avec pour seul regard sur l’extérieur un trou rond (peut-être l’objectif de la caméra ?), " Boro in the box" découvre un monde cruel et obscène, traverse des aventures organiques et sensitives, de la Pologne à Paris, suivant un abécédaire fantasmagorique.

Un abécédaire qui retrace plusieurs étapes de l’existence du cinéaste en répertoriant les grands thèmes qui ont rythmé sa vie et son œuvre.

Le réalisateur de " La bête" en 1975 ou d’un des volets de la célèbre série cinématographique "Emmanuelle" est reconnu pour son travail expérimental et ses nombreuses réalisations à caractère érotique.

Bertrand Mandico renoue pour l’occasion avec les codes du surréalisme. Le résultat est une plongée dans un univers étrange et fantasmagorique, hors de toute linéarité et de toute logique, dans un esprit proche du célèbre courant artistique.

La rencontre entre les deux hommes n’ayant jamais eu lieu, le film en est la version cinématographique ; un hommage à un cinéaste qui a marqué une époque mais qui, aujourd’hui est un peu tombé dans l’oubli.

Le portrait du cinéaste est également celui d’une Pologne désolée, chargée d’aliénation.

La boîte qui dissimule la tête du personnage évoque l’enfermement et le conditionnement du régime politique vis-à-vis de l’artiste polonais.

La bestialité et la poésie se côtoient sans cesse dans le déroulement dérangeant du film.

"Boro in the box" , lorsqu’il sortira dans les salles sera accompagné d’un court métrage de 15’ de Bertrand Mandico " Living Still life" dans lequel une femme qui collecte des animaux morts leur redonne vie en les filmant image par image. Un jour, elle reçoit la visite d’un homme dont la femme est morte....

Les amateurs d’objets insolites et d’un cinéma hors des sentiers battus seront comblés par ce film marginal mais solidement travaillé.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)