Actualité théâtrale

Au Grand Parquet

"Bourlinguer" Jusqu’au 31 mai

Jean-Quentin Châtelain est debout seul dans un cercle de lumière, les pieds nus plantés dans le sol. Il est comme un bloc de glaise dans la main d’un sculpteur, mais c’est lui qui sculpte les mots et fait jaillir la langue de Cendrars. Dans « Gênes », l’extrait de Bourlinguer mis en scène par Darius Peyamiras, Blaise Cendrars raconte son retour dans la ville de son enfance, Naples, après qu’il s’est enfui d’Ispahan à la suite d’un conflit avec son associé à propos d’une « épine », une canne précieuse. Il évoque la beauté du paysage napolitain, les odeurs, la ferme de Pascuale qui a disparu sous les assauts de la spéculation immobilière, le ressentiment contre son père qui par appétit du gain, n’a pas hésité à massacrer la beauté des lieux et surtout son amour pour sa compagne de jeux Elena.

Il y a un aspect universel dans ce texte, c’est comme si on sentait les odeurs, si on voyait les paysages et dans la voix de Jean-Quentin Châtelain on croirait entendre la plume de Cendrars crisser sur la page. Dans sa bouche la langue du poète s’avance en vagues successives. Il s’emporte, vomit son ressentiment contre son père, évoque avec un plaisir douloureux le souvenir des jeux de l’enfance, de la découverte de l’autre, des filles « qui ne sont pas pareilles ». Le ton devient élégiaque, pour évoquer les pentes du Vomero et le jardin de Virgile qui n’est plus tel qu’il fut lorsqu’il abritait sa complicité avec Elena, avant de glisser dans la tristesse. « Il ne faut jamais revenir au jardin de son enfance qui est un paradis perdu, le paradis des amours enfantines ». Il faut entendre Jean-Quentin Châtelain, superbe incarnation de Cendrars, dire : « Ecrire n’est pas mon ambition, mais vivre. J’ai vécu et maintenant j’écris » En passeur magicien, il donne vie à Cendrars et une émotion rare étreint le cœur des spectateurs.

Micheline Rousselet

Les mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 20h, le dimanche à 16h
Le Grand Parquet
35 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris
Réservations : 01 40 05 01 50
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)