Actualité théâtrale

Au Grand Parquet

"Bourlinguer" Jusqu’au 31 mai

Jean-Quentin Châtelain est debout seul dans un cercle de lumière, les pieds nus plantés dans le sol. Il est comme un bloc de glaise dans la main d’un sculpteur, mais c’est lui qui sculpte les mots et fait jaillir la langue de Cendrars. Dans « Gênes », l’extrait de Bourlinguer mis en scène par Darius Peyamiras, Blaise Cendrars raconte son retour dans la ville de son enfance, Naples, après qu’il s’est enfui d’Ispahan à la suite d’un conflit avec son associé à propos d’une « épine », une canne précieuse. Il évoque la beauté du paysage napolitain, les odeurs, la ferme de Pascuale qui a disparu sous les assauts de la spéculation immobilière, le ressentiment contre son père qui par appétit du gain, n’a pas hésité à massacrer la beauté des lieux et surtout son amour pour sa compagne de jeux Elena.

Il y a un aspect universel dans ce texte, c’est comme si on sentait les odeurs, si on voyait les paysages et dans la voix de Jean-Quentin Châtelain on croirait entendre la plume de Cendrars crisser sur la page. Dans sa bouche la langue du poète s’avance en vagues successives. Il s’emporte, vomit son ressentiment contre son père, évoque avec un plaisir douloureux le souvenir des jeux de l’enfance, de la découverte de l’autre, des filles « qui ne sont pas pareilles ». Le ton devient élégiaque, pour évoquer les pentes du Vomero et le jardin de Virgile qui n’est plus tel qu’il fut lorsqu’il abritait sa complicité avec Elena, avant de glisser dans la tristesse. « Il ne faut jamais revenir au jardin de son enfance qui est un paradis perdu, le paradis des amours enfantines ». Il faut entendre Jean-Quentin Châtelain, superbe incarnation de Cendrars, dire : « Ecrire n’est pas mon ambition, mais vivre. J’ai vécu et maintenant j’écris » En passeur magicien, il donne vie à Cendrars et une émotion rare étreint le cœur des spectateurs.

Micheline Rousselet

Les mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 20h, le dimanche à 16h
Le Grand Parquet
35 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris
Réservations : 01 40 05 01 50
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)
  • « Dark circus »
    Quel étrange cirque où l’acrobate tombe, où l’homme canon s’envole au-dessus de l’Afrique pour ne plus réapparaître, où le manche d’une guitare devient un dompteur que le lion s’empresse de dévorer et où le... Lire la suite (3 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)