Actualité théâtrale

Au théâtre de la Bastille, puis en tournée

"Bovary" Une autre critique

Après la critique de Doriane Spruyt, visible ici, «  Bovary  », mise en scène Tiago Rodrigues, en voici une autre :

« Madame Bovary  » est un roman qui a beaucoup compté parmi les lectures d’adolescence de Tiago Rodrigues.

Plus tard, lorsqu’il a pris connaissance des plaidoiries du procès intenté à Gustave Flaubert pour atteinte à la morale, il a su qu’il écrirait une pièce qui reposerait sur une adaptation du procès et dans laquelle le roman aurait sa place.

La première mise en scène du texte qu’il a écrit a été jouée avec des acteurs portugais à Lisbonne et 2014.

Lorsque le Théâtre de la Bastille a invité le spectacle en 2016, ce fut avec une distribution française et une mise en scène totalement nouvelle.

En cette décennie où l’on « revisite » beaucoup de textes classiques et autres romans avec plus ou moins de bonheur, le travail d’adaptation de Tiago Rodrigues qui « tricote » à la fois l’oeuvre de Gustave Flaubert, des extraits de sa correspondance de l’époque et les plaidoiries du procès qu’on lui attenta pour atteinte à la morale, est remarquablement conçu. (même si quelques moments cédant à la facilité, affaiblissent le propos : le numéro de derviche tourneur d’Emma Bovary, les imitation de bruits d’animaux que produisent les personnages pendant la foire aux bestiaux ou les baisers sur les lèvres à répétition).

Mais comment faire pour isoler le travail ciselé de Tiago Rodrigues, ce jonglage parfait entre les trois sources d’inspiration du spectacle, de la prestation de la comédienne Ruth Vega Fernandes qui interprète entre autres personnages, celui de l’avocat de la partie civile.

Comment peut-on jouer en solo deux heures durant, de la même façon que si elle était dans un one-woman au Café Théâtre ?

Les ruptures de ton sont un risque nécessaire et sont bienvenus dans un spectacle comme «  Bovary ». Mais, comme le réussit si bien le comédien David Geselson qui interprète le personnage de l’avocat de Gustave Flaubert, il est important tout en jouant sur les codes de la comédie, de ne pas mordre le trait et de ne pas tomber dans l’excès.

Ruth Vega Fernandes fait beaucoup rire le public avec ces facéties, sa gestuelle, ses démonstrations grand guignolesque mais au moment où il rit, le public lui-même, tout comme la comédienne ne se désolidarise-t-il pas du travail d’orfèvre de Tiago Rodrigues pour laisser au second plan les prestations des autres interprètes ou le beau tissage dramaturgique du spectacle ?

Francis Dubois

Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette 75 011 Paris.

En tournée :
Du 3 au 6 avril Maison de la culture de Bourges

Le 10 avril Théâtre Cinéma Paul Eluard de Choisy-le-Roi

Le 12 avril Espace 1789 Saint Ouen

Les 18 et 19 avril Théâtre de Cornouaille-Scène nationale de Quimper

Les 24 et 25 avril Le Moulin du Roc-Scène nationale de Niort.

Le 3 mai Théâtre Romain Rolland -Villejuif

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)