Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Julien Leclercq (France)

"Braqueurs" Sortie en salles le 4 mai 2016.

Yanis, Eric, Nasser et Franck constituent un groupe qui s’est spécialisé dans le braquage.

Entre deux "coups", chacun vaque à ses occupations et retourne à une vie familiale parfois tourmentée, où à sa solitude, entre paranoïa et inquiétude des proches.

Le gang sous l’autorité du charismatique Yanis va pourtant se trouver en difficulté quand, pris dans la spirale du gain, Amine son jeune frère commet une erreur.

Sous la pression d’un odieux chantage, le groupe va devoir travailler pour les gros trafiquants de la cité.

Cette fois-ci, ils vont devoir sortir de leurs règles habituelles de fonctionnement.

Il ne s’agira plus de braquer un fourgon blindé mais un go-fast transportant une forte quantité d’héroïne. La situation va se compliquer quand se retrouveront face à face le groupe de braqueurs et celui des dealers…

Cinéma : Braqueurs

" Braqueurs" est de la plus sobre efficacité, à l’image de son titre.

C’est un film d’action urbain, moderne, ancré dans la réalité des banlieues françaises de 2015.

Mais " Braqueurs ", à la différence des thrillers traditionnels n’est pas qu’un film d’action et le récit qui se déroule met plus de soin à composer des personnages forts et "à hauteur d’homme" qu’il ne se soucie d’établir un rythme effréné dans le but de tenir en haleine le spectateur.

Et si tous les rouages universels du genre sont bien là : la loyauté, la trahison, les renversements d’alliances, l’importance de la famille, la solitude du chef, la vie des braqueurs y apparaît avec la fragilité d’un château de cartes.

Un seul faux pas et l’édifice au rouage parfait peut s’écrouler d’un seul coup et entraîner des répercutions terribles.

Si Yanis roule dans une 206 fatiguée, c’est qu’à l’inverse des années 70 où les voyous étaient des flambeurs, la nouvelle génération du grand banditisme est très prudente.

Au lieu de parader dans des costumes hauts de gamme et dans des véhicules flamboyants, elle investit ses "gains" et monte des PME.

Les braqueurs nouvelle génération possèdent des kebabs, des salons de coiffure et des entreprises pour blanchir leur argent et ils se préoccupent de ce qu’ils vont pouvoir léguer à leurs enfants.

Julien Leclercq, pour l’écriture de son scénario, a fait appel à Jérôme Pierrat, un journaliste spécialisé dans le crime organisé depuis une quinzaine d’années. C’est quelqu’un qui, pour côtoyer des malfrats, a une approche de l’intérieur de ce milieu. Il en connaît les codes, les mécanismes et les facultés des braqueurs à passer une frontière.

Si le récit sonne aussi juste, c’est à cause de la parfaite documentation dont le metteur en scène a bénéficié pour écrire son scénario. C’est aussi parce qu’il a su construire des personnages qui, à aucun moment, se comportent en héros.

Yanis, campé par Sami Bouajila est un homme silencieux, rugueux, minéral, dans la ligne des personnages de Melville. Il se définit comme appartenant à la "old school", fait preuve d’une forme de droiture à l’ancienne et traine à ses basques la peur constante de se faire serrer.

Ce qui entretient le personnage dans l’enchaînement des braquages n’est pas tant l’appât du gain que sa dépendance à l’adrénaline.

La bonne autre idée est d’avoir distribué le rôle d’Eric à Guillaume Gouix. Le comédien à la gueule d’ange et qui traine dans sa façon d’être une candeur innée forme avec Alice de Lencquesaing qui interprète Audrey sa compagne, un couple complètement renouvelé dans le contexte d’un thriller. L’un et l’autre ajoutent à la fragilité de l’histoire.

" Braqueurs" est une excellente surprise, un excellent moment de cinéma. Sa seule faiblesse, face au "grand public", sera de ne faire aucune concession à la moindre facilité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)