Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lech Majewski (Pologne- Suède)

"Bruegel, le moulin et la croix" Sortie en salles le 28 décembre 2011

En 1564, les Flandres sont sous l’occupation espagnole. L’exercice de la cruauté est à son paroxysme.

C’est dans ce contexte cruel que Pieter Bruegel peint ce qui sera son chef-d’œuvre "Le portement de croix" un tableau représentant la passion du christ dans lequel apparaît la chronique tourmentée d’un pays en plein chaos.

Lech Majewski, privilégiant une dizaines de personnages présents sur le tableau parmi les 500 qui y figurent, invite à suivre leur douloureux parcours. Les histoires se croisent dans les paysages peuplés de villageois et de cavaliers rouges, dominés par un moulin qui se dresse sur un promontoire rocheux.

L’historien Michael F. Gibson avait analysé le tableau dans un essai " The mill and the cross" , paru en 1996 et c’est ce vaste travail sur cette peinture du Maître flamand, qui a donné naissance au projet d’une adaptation pour le cinéma.

Le film est la reconstitution vivante d’une journée entière, du matin jusqu’au soir, de quelques-uns des personnages figurant sur la "colossale miniature" qu’est "Le portement de croix".

Lech Majewski, grâce à une technologie numérique pointue basée sur les effets performants de la 3D, permet d’observer ce qu’on ne peut approcher de façon précise quand observe le tableau, au Kunsthistorisches Muséum de Vienne.

La méthode du réalisateur, pionnier de nouvelles techniques, élabore une narration portée par les personnages peints interprétés par des acteurs.

Les comédiens ont été filmés sur fond bleu et les décors servant de support tournés en Pologne, en République tchèque, en Autriche et en Nouvelle Zélande, sur des lieux qui se rapprochaient le plus de ceux des peintures de Bruegel.

A la suite de quoi, Majewski et l’équipe de montage ont fondu l’ensemble en superposant le plan d’un acteur sur fond bleu, aux prises de vues sur toile ou en décor naturel.

Il aura fallu à Majewski trois années pour préparer et réaliser "Bruegel, le moulin et la croix"

Le résultat est étonnant et d’une fulgurante beauté. Les amples paysages sont magnifiques, hésitant entre l’authenticité et la reconstitution, fidèles dans tous les cas au tableau et aux interrogations qu’on peut se poser à son sujet : pourquoi la figure centrale du Christ reste-t-elle dissimulée, noyée dans la foule des paysans ? Pourquoi dans un paysage Renaissance, donner une mystérieuse importance à un moulin perché sur un rocher ? Pourquoi les militaires qui accompagnent la procession de la foule vers Golgotha sont-ils en uniformes rouges ?

D’un travail colossal de laboratoire est né un film délicat, minutieux, une œuvre d’une grande originalité.

Francis Dubois

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)