Autour du Jazz

Beurré ?

« Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay

« Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on se risque à une traduction pour épaissir le mystère, on trouve littéralement « du beurre dans le cerveau ». Pour graisser les rouages d’un muscle le plus mystérieux de notre anatomie. Il en a besoin. La communication dégouline, la publicité envahit les neurones, la place et la plasticité manquent pour de nouvelles visions, de nouveaux paysages. To butter veut dire aussi « passer de la pommade à quelqu’un ». Faudrait-il donc passer de la pommade à notre cerveau pour lui demander d’avoir l’obligeance de s’ouvrir à des expériences inédites ?

Claudia Solal, voix, et Benjamin Moussay, claviers, s’y emploient passant de l’herbe aussi verte – que l’an dernier, d’avant le réchauffement climatique ? – aux arbres verts qui font surgir des rêves transfigurés, des images diverses, des bruits bizarres, des échos de musiques anciennes tressées par des instruments technologiquement avancés pour faire se réunir plusieurs mondes, plusieurs mémoires. Le jazz n’est jamais loin pour permettre une synthèse toujours contestée, toujours remise en cause.

Jazz : Solal/Moussay

A la première écoute, le dépaysement est total. Une entrée dans un paysage d’une planète inconnue qui a des aspects de la terre sans que personne n’en soit sûr. Sommes-nous revenus aux premiers temps du monde ? Quelque chose d’un hymne à la nature perce de cette musique qui se veut minimaliste. Comme un soupir d’un univers qui ne connaît que le gris et voudrait renouer avec le soleil, avec la lumière pour se sentir léger.

Des écoutes successives laissent percer des références, des histoires. Qui s’évadent dans le vent tout en continuant à nous murmurer des confessions pour accrocher à notre cerveau désormais ouvert et bien beurré des voyages immobiles toujours plus lointain.

Proposer une musique, des paroles en anglais originales est un pari dangereux. Le relever procurera à chaque auditeur le plaisir de la découverte. C’est suffisamment rare pour tenter l’aventure.

Nicolas Béniès.

« Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay, Abalone/l’autre distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Dave Rempis
    Comment convaincre un label d’enregistrer une musique sauvage qui se réfère à une période que beaucoup voudrait oublier, le Free Jazz des années 1960-70 ? Mission quasi impossible. Il faut donc... Lire la suite (28 février)
  • « Mélange de rages »
    Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous... Lire la suite (22 février)
  • "Dreaming drums, le monde des batteurs de jazz"
    Noël est passé mais pas le temps des cadeaux. Un livre de photos paru à la fin de l’année veut nous faire rêver. Heureusement ! Il nous fait entrer dans le monde des « batteurs de jazz ».... Lire la suite (14 février)
  • Pour Kurt Weill, des chansons éternelles.
    Qui ne connaît « Mack the Knife », « Moritat » dans la version allemande ? Au moins la version de Louis Armstrong, de Ella Fitzgerald à Berlin en 1961, de Sonny Rollins – dans l’album « Saxophone... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Aretha Franklin, Intégrale 1956-1962
    « Re » - son diminutif – nous quittée cette année en plein mois d’août (le 16 exactement), elle qui n’a jamais voulu passer inaperçue, un comble. Frémeaux et associés a publié ce début d’anthologie... Lire la suite (Décembre 2018)