Autour du Jazz

Beurré ?

« Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay

« Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on se risque à une traduction pour épaissir le mystère, on trouve littéralement « du beurre dans le cerveau ». Pour graisser les rouages d’un muscle le plus mystérieux de notre anatomie. Il en a besoin. La communication dégouline, la publicité envahit les neurones, la place et la plasticité manquent pour de nouvelles visions, de nouveaux paysages. To butter veut dire aussi « passer de la pommade à quelqu’un ». Faudrait-il donc passer de la pommade à notre cerveau pour lui demander d’avoir l’obligeance de s’ouvrir à des expériences inédites ?

Claudia Solal, voix, et Benjamin Moussay, claviers, s’y emploient passant de l’herbe aussi verte – que l’an dernier, d’avant le réchauffement climatique ? – aux arbres verts qui font surgir des rêves transfigurés, des images diverses, des bruits bizarres, des échos de musiques anciennes tressées par des instruments technologiquement avancés pour faire se réunir plusieurs mondes, plusieurs mémoires. Le jazz n’est jamais loin pour permettre une synthèse toujours contestée, toujours remise en cause.

Jazz : Solal/Moussay

A la première écoute, le dépaysement est total. Une entrée dans un paysage d’une planète inconnue qui a des aspects de la terre sans que personne n’en soit sûr. Sommes-nous revenus aux premiers temps du monde ? Quelque chose d’un hymne à la nature perce de cette musique qui se veut minimaliste. Comme un soupir d’un univers qui ne connaît que le gris et voudrait renouer avec le soleil, avec la lumière pour se sentir léger.

Des écoutes successives laissent percer des références, des histoires. Qui s’évadent dans le vent tout en continuant à nous murmurer des confessions pour accrocher à notre cerveau désormais ouvert et bien beurré des voyages immobiles toujours plus lointain.

Proposer une musique, des paroles en anglais originales est un pari dangereux. Le relever procurera à chaque auditeur le plaisir de la découverte. C’est suffisamment rare pour tenter l’aventure.

Nicolas Béniès.

« Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay, Abalone/l’autre distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Rhapsodie », Gaëtan Nicot Quartet
    Les pianistes d’aujourd’hui sont soumis à des vents d’influence qui soufflent follement. Difficile de les ignorer. Tempêtes, orages que sont Bill Evans et Keith Jarrett en particulier ou les... Lire la suite (9 janvier)
  • « Intermezzo »
    Sarah Lancman avait défrayé la chronique avec un premier album. « Intermezzo », un titre adapté au deuxième album qu’elle signe, est une rencontre avec le pianiste Giovanni Mirabassi pour un répertoire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Les disques de la Victoire, American Army V-Discs 1943-49 »
    Le 75e anniversaire du débarquement a suscité une débauche de manifestations pour glorifier la Libération. La musique a été oubliée de même qu’un travail de mémoire pourtant toujours utile. Plutôt que de... Lire la suite (Décembre 2019)
  •  Woody Herman, New York, Hollywood, Monterey
    La collection « Quintessence » dirigée par Alain Gerber (Frémeaux et associés) fait toujours la preuve d’un choix affiné dans la présentation d’un artiste partie prenante des mondes du jazz. La... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Thomas Mayeras trio « Don’t Mention It »
    Un trio piano, Thomas Mayeras, contrebasse, Nicola Sabato – digne représentant de ses aînés, Ray Brown en particulier -, batterie, Germain Cornet – héritier du batteur Charles « Lolo » Bellonzi -, du... Lire la suite (Décembre 2019)