Actualité théâtrale

Au théâtre du Rond-Point, jusqu’au 30 décembre 2016 à 21 heures

"C’est Noël, tant pis" Texte, mise en scène et chansons Pierre Notte.

C’est Noël. Le père, juché sur un tabouret en équilibre instable, s’apprête à apporter la dernière touche à la décoration du sapin.

La mère, elle, a une autre idée en tête et voudrait bien satisfaire une pulsion sexuelle qui lui est venue d’un coup. Rabrouée par son mari, elle bougonne, se renfrogne.

Sur ces entrefaites, on sonne à la porte et c’est les deux garçons flanqués de la bru (la pièce rapportée) mais voilà qu’ils ont oublié les entrées dont ils devaient se charger et qu’en guise de bûche, il faudra faire avec une galette des rois parce que la pâte d’amande allait dépasser la date de préemption…

Et la grand-mère dans tout ça ? Elle n’est plus dans sa chambre. Où a-t-elle bien pu passer ?

Théâtre : C'est Noël, tant pis

Le ton est donné dès les premières minutes et le spectacle, pendant une heure et demie, ne cessera de multiplier les situations saugrenues à un rythme effréné pour accompagner cette famille pas tout à fait comme une autre, mais presque, où tout sera à la fois source de conflits, de témoignages d’affection et de bonne humeur, de bouderies et d’emportements.

Pierre Notte a écrit un texte serré, jubilatoire, complètement déjanté, parfois un peu fourre-tout qu’accompagne une mise en scène étourdissante (parfois à peine trop).

Les interprètes saisissent la balle au bond. Ils s’en donnent à cœur-joie dans une sorte de ping-pong ininterrompu, vachard et tendre, potache et grave où les parenthèses de répliques récurrentes font mouche comme les redites, les reprises des erreurs de syntaxe ou de vocabulaire, les insanités, les remarques irrévérencieuses qui fusent avec une belle insolence.

Ni le texte, ni la mise en scène, ni le jeu des comédiens, le tout au triple galop, ne laissent le temps de porter le moindre jugement restrictif sur le spectacle.

Et si, après coup, on se laisse aller à quelques réserves sur le texte, la mise en scène, le jeu des acteurs, c’est qu’on est un peu pointilleux, coupeur de cheveux en quatre, pas très bon joueur.

C’est joyeux, insolent, débordant et en ces temps moroses où on ne sait pas trop comment seront nos prochains noëls, prenons celui-là en l’état.

Et n’ajoutons surtout pas "tant pis" à notre plaisir !

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)