Chaires supérieures

CAPN d’accès au corps des chaires supérieures 2017

La CAPN consacrée à l’accès à la chaire supérieure par liste d’aptitude s’est tenue le 11 mai 2017. Pour les collègues promus, la promotion prend effet le 1er septembre 2017 sauf pour une vingtaine de cas où le poste se libère par un départ en retraite entre septembre et décembre 2017. Tous les collègues promus ont reçu un courrier du SNES-FSU avec les éléments d’information sur le reclassement et la carrière.

Dans sa déclaration liminaire (voir en pj) de la CAPN des professeurs de chaires supérieures relative à l’accès au corps des chaires supérieures du 11 mai 2017, le SNES-FSU a rappelé son exigence première de voir tous les collègues de CPGE accéder à la chaire supérieure au cours de leur carrière, le plus rapidement possible. Cela suppose une augmentation du nombre de postes de chaires supérieures et des nominations qui permettent de garantir une certaine fluidité. Au-delà des effets financiers, accès à l’échelle lettre A, meilleure rémunération des heures supplémentaires ou d’interrogations, la chaire supérieure est un titre qui exprime la reconnaissance par l’institution du travail accompli en classes préparatoires aux grandes écoles.

Dans cette déclaration liminaire, le SNES-FSU a également abordé la question de la revalorisation des professeurs de chaires supérieures liée à la mise en place des mesures PPCR (Parcours Professionnels, Carrières, Rémunérations)

PDF - 84.2 ko

Le SNES-FSU a insisté auprès de l’administration et de l’Inspection générale pour qu’une liste complémentaire conséquente soit établie afin de pouvoir nommer des collègues postérieurement à la CAPN au cas où une vacance tardive serait signalée (par exemple, cette année il n’y a pas de liste complémentaire en SES). Ces vacances ne sont pas toujours connues à temps, c’est ainsi que quelques collègues ont perdu un an (ils sont nommés cette année, mais ils auraient pu l’être l’an passé) et le SNES tente, par recoupement d’informations, de réduire ce nombre de cas.

Le SNES compte 2 élus sur les 4 représentants des personnels à la CAPN des professeurs de chaires supérieures.

Statistiques 2017

Discipline Effectif Nommés Nombre de femmes nommées Ages mini-maxi Age moyen
Lettres 193 8 4 40-59 52
Philosophie 117 6 2 49-59 56
Histoire-Géographie 159 11 5 39-58 49
Mathématiques 664 43 13 39-64 45
Physique-Chimie 569 26 11 39-60 48
S.V.T. 56 4 1 48- 52 50
Biochimie 4 0 - - -
Anglais 109 14 5 41-60 51
Allemand 47 4 3 52-60 56
Espagnol 35 11 8 51-62 54
Russe 4 0 - - -
Italien 5 1 1 - 59
Portugais 1 0 - - -
Arabe 1 - - - -
Chinois 1 - - - -
S.E.S. 41 5 2 45-61 54
S.T.I. 167 10 2 34-53 44
Eco-Gestion. 64 2 0 44-45 44
Ens. Artistiques 7 1 0 - 55
Total 2244 146 57

========================================

Annoncée en février 2016, lors de la CAPN d’avancement d’échelon des professeurs de chaires supérieures, une nouvelle répartition disciplinaire est progressivement mise en place sur trois ans. Contre l’avis du SNES-FSU qui proposait une augmentation de 300 postes de chaires supérieures, cette nouvelle répartition se fait à postes constants. Par conséquent, certaines disciplines gagnent des postes au détriment d’autres qui en perdent. Cette année cela concerne 9 disciplines : 3 disciplines voient leur effectif diminuer, il s’agit des sciences physiques (- 8 postes), des mathématiques (- 3 postes), et de l’histoire-géographie (- 3 postes). 6 disciplines voient leur effectif augmenter ; il s’agit de l’espagnol (+ 8 postes), de l’économie-gestion (+ 5 postes), des lettres (+ 2 postes), de l’anglais, italien des SES, et STI qui récupèrent chacune un poste en plus.
L’Inspection générale, représentée dans chaque discipline, nous a fait part de ses critères et de ses propositions et nous avons mentionné les dossiers des collègues qui nous avaient adressé une fiche syndicale. Les professeurs entrant dans le corps des chaires supérieures voient leur note pédagogique ramenée à 53.

Chinois

Pas de nomination cette année.

Arabe

Pas de nomination cette année.

Allemand

L’Inspection générale indique qu’elle veille à pallier les déséquilibres de postes de chaires supérieures entre académies, notamment la sur-représentation relative de l’académie de Paris. Les critères retenus sont les suivants : être agrégé hors-classe 6e échelon et avoir une certaine ancienneté en prépa. Selon ces critères 27 collègues étaient promouvables dans 13 des 29 académies cette année pour 4 possibilités de nomination. Deux collègues figurent sur la liste complémentaire.

Espagnol

En espagnol de nombreux collègues sont promouvables. L’Inspection générale d’espagnol est satisfaite de l’augmentation substantielle du nombre de postes dans sa discipline : 11 possibilités. Les critères d’accès sont : la qualité pédagogique traduite par la note pédagogique, l’avancement dans la carrière et l’ancienneté en CPGE.

Anglais

L’Inspection générale d’anglais, répondant à la demande du SNES, veille à maintenir une certaine ouverture vers les filières économiques et scientifiques dont les professeurs ont une lourde charge de travail. Les critères d’accès sont : la qualité pédagogique, l’ancienneté de carrière et d’exercice en CPGE.
L’Inspection générale recommande, aux collègues qui souhaitent se signaler à elle, de lui écrire par la voie hiérarchique. Le SNES-FSU recommande particulièrement aux collègues de lui faire parvenir une fiche syndicale pour que leur dossier soit soumis à l’IG.

Sciences économiques et sociales

En SES, les critères pour l’accès à la chaire supérieure sont : l’ancienneté en CPGE, l’excellence pédagogique et scientifique, la participation à la vie et au rayonnement de la discipline. Il est bon de se signaler à l’inspection générale en cas de retard d’inspection.

Lettres

L’inspection générale promeut en priorité les collèges ayant un service en prépa littéraire ou économique et commerciales. Nous regrettons que pour la plupart des dossiers évoqués en séance, l’Inspection générale n’ait que des réponses vagues dans l’immédiat. C’est l’inspecteur général en charge de l’académie qui est censé faire une première sélection afin de présenter à ses collègues les professeurs susceptibles d’être promus lors de la composition du projet de liste d’aptitude. Nous soulignons les progrès en ce qui concerne l’équilibre des genres.

Philosophie

Les critères de l’Inspection générale de philosophie reposent sur la hiérarchie qu’elle opère sur les classes. L’Inspection générale donne priorité aux collègues qui enseignent en khâgne avec l’option ou en khâgne classique. Ensuite viennent les hypokhâgnes, les classes économiques et commerciales puis les classes scientifiques. Elle nous indique que les notes pédagogiques sont trop disparates, pas suffisamment harmonisées pour constituer un critère fiable. Ce qu’elle appelle l’excellence pédagogique s’évalue sur l’ensemble de la carrière des professeurs ; c’est l’échelon et l’ancienneté d’âge qui départage les profils équivalents. L’inspection générale veille à une répartition géographique équilibrée.

Histoire et Géographie

L’Inspection générale effectue une présélection basée sur les critères suivants : nature du service, ancienneté en CPGE, âge. Cette année, il fallait une ancienneté minimale de 10 ans en CPGE pour espérer être promu. L’Inspection générale veille à opérer un rééquilibrage géographique aux profits des académies de province, au respect de la parité hommes-femmes et à la présence de toutes les filières.

Economie-gestion

L’Inspection générale regrette à nouveau que les professeurs de DCG, très compétents, soient exclus de la possibilité de promotion. Le SNES-FSU a appuyé cette remarque en demandant la création de postes permettant de donner le statut CPGE à tous les professeurs de DCG. Il faut un minimum de 4 ans en CPGE, avec une note pédagogique minimale de 50. L’Inspection générale tient compte, dans l’ancienneté, des services effectués en DCG s’ils précèdent une nomination en prépa ENS ou ECT. Les diplômes obtenus au cours de la formation sont également appréciés (thèse ou comptabilité). Cette année le peu de postes vacants ne permet pas de souplesse dans les nominations.

Mathématiques

L’Inspection générale de mathématiques demande une ancienneté minimum de 9 ans dans le supérieur (prépa ou autre), ainsi qu’une note pédagogique minimale, qui va de 56 à l’échelon 9 jusqu’à 60 pour l’échelon 11 ou la hors classe. La plupart des promus ont plus de 40 ans. L’Inspection constate que le vivier rajeunit. Le pourcentage de femmes nommées est supérieur au pourcentage de femmes du vivier. L’Inspection générale souligne qu’elle est très attentive au choix des promus à la chaire supérieure.

Sciences physiques

26 postes cette année. La note de référence pour une promotion à la chaire supérieure est située entre 56 et 60 suivant l’échelon. La plupart des promotions sont prononcées pour des collègues ayant atteint le 9e échelon minimum. Les notes pédagogiques sont régulièrement actualisées, même en l’absence de rapport d’inspection, l’Inspection générale indique qu’une inspection tous les 4 à 5 ans est la règle et qu’il faut lui signaler tout retard (ce que nous faisons en général). 1/3 des collègues promus enseignent en 1ere année, la répartition entre les différentes classes est équilibrée. Il y a eu un effort sur les chimistes cette année. La plupart des promus ont plus de 40 ans. Le vivier comporte 40% de femmes et l’IG a proposé 46% de femmes.

Sciences de l’ingénieur

L’inspection générale de SI promeut les collègues qui, en dehors de la qualité de leur enseignement, ont un « fort rayonnement » aussi bien dans leur établissement qu’à l’extérieur. L’Inspection générale engage vivement les professeurs qu’elle sollicite à répondre positivement : rendre service à l’Inspection générale en participant à des jurys de concours, des séminaires de formation, etc. L’Inspection générale promeut quelques collègues particulièrement jeunes, cela, au détriment des collègues agrégés expérimentés.

S.V.T.

Quatre nominations dans cette discipline. Vivier de qualité. L’Inspection promeut les professeurs à fort rayonnement, s’investissant dans la formation et les jurys de concours.

Statistiques sur le corps des chaires supérieures

Il y a 4592 professeurs agrégés enseignant en CPGE et 2244 professeurs de chaire supérieure.
Parmi les professeurs de chaire supérieure,
28% ont moins de 50 ans,
45% ont entre 50 et 59 ans,
18% ont entre 60 et 62 ans,
9% ont plus de 63 ans.
L’âge moyen des professeurs de chaires supérieures nommés en 2016 est de 49,6 ans et il y a un écart de 10 ans sur l’âge moyen selon les disciplines littéraires ou scientifiques .

Autres articles de la rubrique Chaires supérieures