US Magazine 773 du 23 septembre 2017

Calendrier scolaire : où est le ministre ?

Les dates des congés de printemps ont été modifiées par certains recteurs des académies de la zone B.

Après l’académie d’Orléans Tours, celles de Rennes, Caen, Rouen, Nantes... ont décidé de modifier les dates de vacances de printemps pour corriger en catastrophe un calendrier absurde contre lequel la FSU, avec la majorité des membres du CSE, avait voté. Las ! La ministre de l’époque, forte de ses certitudes, n’en eut cure. Et le ministre d’aujourd’hui, si bavard d’habitude, reste étonnamment discret, laissant les recteurs les uns après les autres annoncer leur décision.
Sauf à Lille où le recteur a déclaré pour sa part attendre les consignes ministérielles.

Sur l’Aventin

Certes, juridiquement les recteurs ont la compétence d’adapter le calendrier scolaire national mais, sauf « événement non prévisible », ces adaptations doivent faire l’objet d’un arrêté et être publiées au moins un an avant la date d’effet. Or, il n’y avait rien d’imprévisible en la circonstance.

Les personnels, comme les familles, peuvent apprécier une adaptation qui a du sens. Mais beaucoup ont anticipé le calendrier inital et sa modification entraîne des difficultés supplémentaires.

Il est surtout inadmissible que sur une ­question qui relève de sa responsabilité première, le silence du ministre soit à ce point assourdissant. On voudrait susciter la déconsidération de l’échelle nationale pour faire croire à la pertinence de « l’autonomie académique » qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Fabienne Bellin

Selon le calendrier initial, les vacances de la zone B, débutent samedi 21 avril après la classe pour se terminer au lundi 7 mai au matin, pour une semaine qui inclut deux jours fériés (le 8 et le 10 mai). La modification consiste à décaler de trois jours les dates de ces congés, du 25 avril au 14 mai.

Autres articles de la rubrique US Magazine 773 du 23 septembre 2017

  • Rendez-vous syndical à Blois
    Histoire-géographie. Le SNES-FSU était, cette année, encore présent aux « Rendez-vous de l’Histoire de Blois », qui avaient pour thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Le groupe... Lire la suite (18 octobre)
  • Langues vivantes : une améliration des performances ?
    D’après l’enquête CEDRE, le niveau monte globalement en langues vivantes. Une analyse plus fine s’impose sur la méthode d’évaluation retenue et sur la part de l’oral et de l’écrit. L’enquête CEDRE(1)... Lire la suite (18 octobre)
  • APB : un simulacre de concertation
    En réponse à la situation de milliers de bacheliers privés d’affectation post-bac, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a décidé de lancer dans la précipitation... Lire la suite (18 octobre)
  • Bac : le SNES-FSU consulte la profession
    Réformer le baccalauréat ? C’est nécessaire ! Mais pas n’importe comment… Le SNES-FSU a des propositions d’évolutions de cet examen qui constitue un élément central du système scolaire français. Il les... Lire la suite (18 octobre)
  • Lycée et post-bac : vers davantage de ségrégation ?
    Difficile de démêler le vrai du faux dans l’avalanche de petites phrases et de rumeurs concernant le lycée, le baccalauréat et l’entrée dans l’enseignement supérieur. Les tenants d’une ligne dure et... Lire la suite (18 octobre)