Actualité théâtrale

à l’Athénée - Théâtre Louis-Jouvet, jusqu’au 5 février 2011

"Caligula" Texte d’Albert Camus, mise en scène de Stéphane Olivié Bisson

Enfant, Caligula se comportait de façon naturelle, c’est à dire tel que la nature l’avait fait, sans malice, ni hypocrisie. Il est devenu un être cynique et sans illusions lorsque Rome est devenu un lieu de terreur et de cruauté. La mort de Germanicus, son père, qui ne fut jamais élucidée et l’anéantissement de nombreux membres de sa famille laisseront en lui des traces indélébiles.
En proie à des cauchemars terribles, c’est un être aux humeurs contrastées allant sans cesse de périodes d’agitation à des moments de profond abattement.
Caligula avait, à cause de ces traits de caractère, la réputation d’un étalon fougueux qui refusait que la moindre contrariété lui fasse obstacle.
La violence et la corruption étaient entrées dans les mœurs et cet empereur d’une fausse république régnait dans un climat de délation, de suspicion permanentes liées au despotisme.
Atteint d’une calvitie précoce, les traits de son visage ingrats, il exagérait ses défauts par des jeux de physionomie aptes à créer la terreur autour de lui.
C’était un homme seul entouré de fourbes et d’assassins. De son goût du pouvoir découlait ses tentations de destructions aveugles.
Le "Caligula" d’Albert Camus est le récit d’une mort annoncée. La mort est présente tout au long de la pièce qui s’ouvre sur celle de Drusilla, la sœur de l’empereur, celle qu’il considérait comme son unique amour. Elle sera là aussi en conclusion.
Et c’est sans doute parce qu’il connaît son destin que Caligula n’aura jamais renoncé à rompre avec l’enfant qu’il fut.

En cela, la complicité entre le metteur en scène et l’interprète principal, Bruno Putzulu est parfaite. Si la mise en scène insiste sur l’esprit fantasque de Caligula, ses sautes d’humeur, ses bouffées de cruauté gratuite, elle n’en fait jamais un être atteint de folie. Et Bruno Putzulu à travers son phrasé particulier, sa gestuelle singulière, fait de Caligula une sorte de "sale gosse" prolongé, répondant à son penchant pour le caprice même lorsqu’il s’agit de commettre les pires actions.
"Caligula" nous renvoie sans cesse à notre époque et si, dans beaucoup de domaines, les changements ont été fulgurants en quelques décennies, les fonctionnements des dictateurs sont restés les mêmes.
Quelque chose saute aux yeux au moment du salut des acteurs, la pièce terminée. C’est le comportement de Bruno Putzulu qui, saisi de son plaisir d’être là, face aux nombreux rappels du public, redevient un peu Caligula, tyran sans doute mais aussi farceur et sale gosse.
C’est troublant !
Francis Dubois

Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Square de l’Opéra Louis Jouvet, 7 rue Boudreau 75 009 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 05 19 19
www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)