Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nadine Labaki (Liban – France – USA)

« Capharnaum » Sortie en salles le 17 octobre 2018.

Face au tribunal où il est présenté pour la tentative de meurtre contre l’homme de quarante ans qui a épousé dans l’intérêt de sa famille, sa sœur de treize ans, morte en couches pour grossesse prématurée, Zaïm un garçon de 12 ans répond à la question du juge « Pourquoi portez-vous plainte contre vos parents », « parce qu’ils m’ont donné la vie ».

Cinéma : Capharnaum

Le film de Nadine Labaki aborde de nombreux sujets mais qui sont intimement liés, autour de celui de l’enfance maltraitée, du mal logement, de la notion de frontières, de la nécessité d’avoir un papier pour justifier son existence, du racisme, de la peur de l’autre, de la convention du droit des enfants...

Le film raconte le périple de Zaïm qui décide d’intenter un procès à ses parents pour l’avoir mis au monde alors qu’ils n’étaient pas capables de l’élever convenablement, non seulement pour des seuls problèmes économiques mais aussi en le privant du moindre amour. Son cri qui est celui d’un enfant meurtri et mature avant l’âge, résonne comme celui de tous les laissés pour compte de notre monde.

La situation de sacrifié de Zaïm et sa réponse au juge du tribunal ouvrent sur tous les sujets qu’aborde « Capharnaum ».

Car si l’enfant se retrouve la victime de tant de négligences de la part de son entourage, c’est parce que ses parents sont chômeurs, que l’appartement qu’ils occupent est insalubre. C’est parce qu’une menace d’expulsion plane sur eux, c’est parce que leur absence de revenus est insurmontable et que tous ces déficits les empêchent d’assumer leur rôle de parents.

Le peu de considération, Zaïm va le trouver hors de sa famille auprès de Rahll une sans-papiers venue d’Ethiopie, la mère célibataire de son bébé Yonas, qui a du mal à concilier un emploi de serveuse avec la garde de son enfant et qui trouve en Zaïm l’aide qui va la dépanner.

En retour de quoi Zaïm va connaître un semblant de foyer malgré des conditions d’hébergement très précaires.

Mais qu’adviendra-t-il le jour ou Rahll ne rentre pas chez elle et que Zaïm va devoir prendre en charge Yonas ?

Le film est à partir de là, livré au couple de personnages inédit que forment les deux enfants, au combat de chaque instant auquel se livre Zaïm pour se procurer la nourriture du bébé, la sienne et pour assumer cette garde pour laquelle, malgré sa débrouillardise, il est beaucoup trop jeune.

Et pourtant, on a ici les moments les plus forts du film qui n’en est pas avare.

On n’oubliera pas facilement l’image de Zaïm tirant un « véhicule » de fortune bricolé par lui et dans lequel il trimbale Yonas, dans l’indifférence générale, au hasard des ruelles du bidonville.

Le pitch qu’on peut faire du film de Labaki risque d’en donner une fausse idée. Le misérabilisme est bien là avec les deux enfants livrés à eux-mêmes. S’il a existé précédemment avec les conditions de vie de la famille, avec le mariage forcé d’une gamine de douze ans, la séquence de son enlèvement, la révolte impuissante de Zaïm à ce moment-là, il est modulé par l’interprétation charismatique des deux « acteurs », par leur force et leur vitalité, par la magie de la mise en scène et une direction de jeu incomparable.

La force du film tient au talent de la réalisatrice mais elle est indissociable du choix des comédiens tous issus de castings sauvages, tous remarquables, jusqu’au bébé.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)