Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pablo Trapero (Argentine)

"Carancho" Sortie en salles le 2 février 2011

Un "Carancho" est un rapace, un charognard qui, à la différence du vautour commun, a une très belle apparence. Il se nourrit presque exclusivement, à même les routes, des cadavres des animaux victimes de chocs avec les voitures.
Sosa est un carancho, un avocat véreux qui, après avoir perdu son droit d’exercer, s’est spécialisé dans les accidents de la circulation. Il contacte les victimes aux abords des hôpitaux ou sur la chaussée et s’enrichit grâce aux assurances et à la corruption.
Un soir, sur les lieux d’un accident qui vient de survenir, il rencontre Lujan, un jeune médecin urgentiste. Alors qu’elle tente de sauver la victime, lui essaie d’en faire son client.
L’amour qui les foudroie va les entraîner ensemble dans une dérive incontrôlable…

Après "Léonora" en 2008, Pablo Trapero voulait tourner une grande histoire d’amour, une de celles exacerbées qui, comme en temps de guerre, servent de refuge à des personnes traversant une période de grande difficulté.
Le travail de la jeune femme consiste à intervenir sur les lieux de l’accident et à donner les premiers soins aux blessés. Sosa se trouve souvent, pour une mission différente, penché au dessus des victimes et tout comme le médecin, il entre au contact des familles du blessé en grand désarroi, pour les assister et leur proposer son aide.
Buenos Aires est réputée pour être une ville où les accidents de la circulation sont très fréquents.
"Carancho" est une sorte de thriller qui, par le biais de l’intime des personnages, aborde une description plus large de la société argentine. C’est une fiction qui touche à un sujet social sensible, aux institutions, à tel point qu’après son exploitation en salles et son énorme succès dans le pays, le film a fait naître un projet de loi dit "anti Carancho". Ainsi, une loi sera prochainement votée qui permettra de poursuivre les avocats véreux et tous ceux qui font leur fonds de commerce des accidents de la circulation.
"Carancho" est une œuvre à mi-chemin entre le film d’action et le récit intime, et Pablo Trapero laisse tout leur espace aux deux personnages principaux. Il laisse ainsi toute latitude à l’escroc pour laisser apparaître derrière la pratique de son commerce, une vraie et touchante humanité. Il en est de même pour la jeune femme, médecin intègre quand elle se laisse dériver jusqu’à devenir par amour, la complice consentante de Sosa.
La démarche mercantile où s’enfonce le couple laisse intacte l’histoire d’amour qui les a saisis et dont la force traverse toutes les épreuves et les périodes de doute.
On retrouve l’acteur Ricardo Darin, découvert en France dans le film de Juan Jose Campanella,"Dans tes yeux". Martina Gusman qui lui donne brillamment la réplique était dans deux films précédents de Pablo Trapero.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)