Salaires, PPCR

Carrières enseignantes Il y a tant à faire !

Face à la crise de recrutement des enseignants du second degré, la dimension salariale des réponses ne peut être plus longtemps occultée. Les propositions présentées le 16 juin par la ministre de la Fonction publique ouvrent le dossier des grilles de rémunération.

Pour la catégorie A, les propositions auxquelles l’unité a contraint le gouvernement sont formulées uniquement sur la grille en trois grades des attachés d’administration, recrutés à la licence et formés dans les IRA [1].
Pour l’essentiel ces propositions visent à revaloriser le traitement au recrutement en le portant à l’IM 390 (par étapes jusqu’en 2019), à créer un nouvel échelon dans le deuxième grade rémunéré à l’IM 821 (2020), ces transformations s’accompagnant de la transformation d’indemnités en 9 points d’indice.

Quelle traduction ?

La ministre de la Fonction publique s’engage à ce que ces mesures soient transposées aux corps enseignants dans le même calendrier.
Les premier et deuxième échelons des certifiés, CPE et CO-Psy, fixés à 349 et 376, sont inférieurs à 390. C’est aussi le cas pour l’indice du premier échelon des agrégés à 379. Il y a donc un premier chantier sur le bas de la grille.
L’ajout d’un échelon à la hors-classe des certifiés et des CPE, permettant en 2020 une fin de carrière à l’indice 821, représenterait un gain de 29 points sur la fiche de paie (+ 134 € brut, 109 € net par mois) et de 38 points sur la pension de retraite (132 € mensuels brut pour un taux de pension de 75 %). Sur l’enjeu déterminant du déroulement de carrière, la ministre annonce que chaque fonctionnaire a vocation à connaître au moins une promotion de grade.

La négociation se poursuit

Sur d’autres questions, comme celle de l’avancement d’échelon, les arbitrages du gouvernement ne sont pas encore connus. La FSU continue donc d’intervenir dans la négociation, comme elle entend le faire par la suite dans la transposition de ces annonces. La signature éventuelle d’un accord n’intervenant pas avant la mi-septembre, le SNES-FSU se déterminera à partir d’un large débat.

5 €, LE POINT ?
C’est le résultat d’une simple règle de trois. S’il avait été revalorisé sur l’indice des prix hors tabac depuis juillet 2010, le point indiciaire de la Fonction publique serait tout proche de 5 €. Sauf que depuis cette date, il est resté figé. M. Lebranchu annonce une négociation salariale au printemps 2016. Pour la FSU, c’est plus qu’urgent..

"Paru dans l’US Magazine Supplément au n°752 du 20 juin 2015"

Notes

[1IRA : cinq Instituts régionaux d’administration

Autres articles de la rubrique Salaires, PPCR

  • Soeur Anne... Ne vois-tu rien venir ?
    La fin du quinquennat approche à grand pas et pourtant des dossiers essentiels pour les personnels, ouvert en 2016, ne sont toujours pas clos. Il en est ainsi par exemple de la revalorisation de... Lire la suite (26 février)
  • BUG sur la paye de janvier 2017
    Le ministère indique que les mesures de revalorisation des salaires prévues pour janvier 2017 seront, en réalité, retardées jusqu’en mars 2017 (avec effet rétroactif et rattrapage des sommes dues depuis... Lire la suite (25 janvier)
  • Comité technique ministériel du 7 décembre 2016
    Le Comité technique ministériel (CTMEN) a été consulté le 7 décembre 2016 sur deux projets de décret, l’un statutaire portant reconstruction de la carrière des personnels d’enseignement, d’éducation et... Lire la suite (13 janvier)
  • Salaire et carrière : le module de calcul
    Ce module de calcul permet à chacun d’anticiper individuellement l’évolution de sa carrière et de son salaire jusqu’au 1er septembre 2017. Le module de calcul élaboré par le SNES-FSU permet à chacun... Lire la suite (Décembre 2016)
  • Réforme de l’évaluation des personnels
    Le ministère a décidé de mettre en chantier une refonte de l’évaluation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation dans le cadre des mesures dites « PPCR ». Retrouver l’ensemble du... Lire la suite (Décembre 2016)

Dans la rubrique Enjeux