Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Théâtre du Lucernaire

« Cassavetes »

Des années 60 aux années 80, le cinéma de John Cassavetes a marqué une empreinte durable sur les écrans. D’abord parce qu’il s’agissait d’un cinéma indépendant des grands studios, car comme le disait Cassavetes, « on apprend avec Hollywood qu’on ne peut pas leur faire plaisir et se faire plaisir ». Il refusait de « perdre son âme avec l’argent facile » et quand il n’avait plus assez d’argent pour continuer un film, il « faisait l’acteur » ou hypothéquait sa maison ! Sa seconde caractéristique, c’est l’importance qu’il accordait aux acteurs, qu’il laissait se mouvoir librement pour incarner la vie. C’est toujours entouré de sa bande qu’il réalise ses films, ses fidèles, Seymour Cassel, Peter Falk, Ben Gazzara et surtout Gena Rowlands, son égérie, sa muse, sa femme, « celle avec qui il se bat tous les jours ».

Théâtre : Cassavetes

C’est ce portrait d’un cinéaste hors-norme que nous offre Florian Choquart en s’inspirant des entretiens de John Cassavetes aux Cahiers du cinéma. La mise en scène de Alain Choquart et Vanessa Lhoste donne toute leur place aux mots de Cassavetes et à ses films. Florian Choquart est le réalisateur, un verre de whisky à la main, des feuilles de papier et de la pellicule jonchant le sol (Cassavetes utilisait des kilomètres de pellicule, laissant parfois la caméra tourner pour mieux saisir la vie après un plan), tapant à la machine ou caméra au poing, parfois accompagné par un air de jazz. Il parle de ses films, de sa vie, car les uns sont inséparables de l’autre, de ses combats contre les studios hollywoodiens, de son amour pour sa femme et ses acteurs. Il rit, il parle de ses désirs, de ses réussites et de ses échecs et sur le mur du fond passent, accompagnant son propos, des extraits de ses films, du tout premier auquel personne ne croyait, Shadows, au magnifique Une femme sous influence. L’acteur a la passion, la détermination, les hésitations du réalisateur qu’il incarne et sa prestation n’est pas qu’un hommage à un réalisateur remarquable, c’est aussi un écho aux questions qui préoccupent tous les acteurs.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)