Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Théâtre du Lucernaire

« Cassavetes »

Des années 60 aux années 80, le cinéma de John Cassavetes a marqué une empreinte durable sur les écrans. D’abord parce qu’il s’agissait d’un cinéma indépendant des grands studios, car comme le disait Cassavetes, « on apprend avec Hollywood qu’on ne peut pas leur faire plaisir et se faire plaisir ». Il refusait de « perdre son âme avec l’argent facile » et quand il n’avait plus assez d’argent pour continuer un film, il « faisait l’acteur » ou hypothéquait sa maison ! Sa seconde caractéristique, c’est l’importance qu’il accordait aux acteurs, qu’il laissait se mouvoir librement pour incarner la vie. C’est toujours entouré de sa bande qu’il réalise ses films, ses fidèles, Seymour Cassel, Peter Falk, Ben Gazzara et surtout Gena Rowlands, son égérie, sa muse, sa femme, « celle avec qui il se bat tous les jours ».

Théâtre : Cassavetes

C’est ce portrait d’un cinéaste hors-norme que nous offre Florian Choquart en s’inspirant des entretiens de John Cassavetes aux Cahiers du cinéma. La mise en scène de Alain Choquart et Vanessa Lhoste donne toute leur place aux mots de Cassavetes et à ses films. Florian Choquart est le réalisateur, un verre de whisky à la main, des feuilles de papier et de la pellicule jonchant le sol (Cassavetes utilisait des kilomètres de pellicule, laissant parfois la caméra tourner pour mieux saisir la vie après un plan), tapant à la machine ou caméra au poing, parfois accompagné par un air de jazz. Il parle de ses films, de sa vie, car les uns sont inséparables de l’autre, de ses combats contre les studios hollywoodiens, de son amour pour sa femme et ses acteurs. Il rit, il parle de ses désirs, de ses réussites et de ses échecs et sur le mur du fond passent, accompagnant son propos, des extraits de ses films, du tout premier auquel personne ne croyait, Shadows, au magnifique Une femme sous influence. L’acteur a la passion, la détermination, les hésitations du réalisateur qu’il incarne et sa prestation n’est pas qu’un hommage à un réalisateur remarquable, c’est aussi un écho aux questions qui préoccupent tous les acteurs.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)