Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Théâtre du Lucernaire

« Cassavetes »

Des années 60 aux années 80, le cinéma de John Cassavetes a marqué une empreinte durable sur les écrans. D’abord parce qu’il s’agissait d’un cinéma indépendant des grands studios, car comme le disait Cassavetes, « on apprend avec Hollywood qu’on ne peut pas leur faire plaisir et se faire plaisir ». Il refusait de « perdre son âme avec l’argent facile » et quand il n’avait plus assez d’argent pour continuer un film, il « faisait l’acteur » ou hypothéquait sa maison ! Sa seconde caractéristique, c’est l’importance qu’il accordait aux acteurs, qu’il laissait se mouvoir librement pour incarner la vie. C’est toujours entouré de sa bande qu’il réalise ses films, ses fidèles, Seymour Cassel, Peter Falk, Ben Gazzara et surtout Gena Rowlands, son égérie, sa muse, sa femme, « celle avec qui il se bat tous les jours ».

Théâtre : Cassavetes

C’est ce portrait d’un cinéaste hors-norme que nous offre Florian Choquart en s’inspirant des entretiens de John Cassavetes aux Cahiers du cinéma. La mise en scène de Alain Choquart et Vanessa Lhoste donne toute leur place aux mots de Cassavetes et à ses films. Florian Choquart est le réalisateur, un verre de whisky à la main, des feuilles de papier et de la pellicule jonchant le sol (Cassavetes utilisait des kilomètres de pellicule, laissant parfois la caméra tourner pour mieux saisir la vie après un plan), tapant à la machine ou caméra au poing, parfois accompagné par un air de jazz. Il parle de ses films, de sa vie, car les uns sont inséparables de l’autre, de ses combats contre les studios hollywoodiens, de son amour pour sa femme et ses acteurs. Il rit, il parle de ses désirs, de ses réussites et de ses échecs et sur le mur du fond passent, accompagnant son propos, des extraits de ses films, du tout premier auquel personne ne croyait, Shadows, au magnifique Une femme sous influence. L’acteur a la passion, la détermination, les hésitations du réalisateur qu’il incarne et sa prestation n’est pas qu’un hommage à un réalisateur remarquable, c’est aussi un écho aux questions qui préoccupent tous les acteurs.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)