Actualité théâtrale

 Au Théâtre Gérard Philipe jusqu’au 12 février 2012

"Cassé" Partenaire Réduc’snes

"Cassé" de Rémi De Vos. Mise en scène de Christophe Rauck.

Christine a été licenciée après dix-huit années passées chez Prodex. Elle ressasse à longueur de temps ses souvenirs de travail. Elle échappe à la déprime grâce aux médicaments que lui a prescrits son médecin amoureux d’elle.

Frédéric, le mari de Christine, de nature lymphatique, accepte de sortir les poubelles et de nettoyer les sols dans la société où il est employé, malgré ses capacités en informatique. Ni les vexations, ni les humiliations qu’il subit quotidiennement ne semblent l’atteindre.

Cathy, secrétaire de son état, est très convoitée par ses collègues masculins. C’est elle qui n’a pas froid aux yeux et qui, apprenant que Frédéric a souscrit une assurance-vie, a l’idée de faire disparaître celui-ci. Un faux certificat de décès délivré par le médecin amoureux et il n’y plus qu’à enfermer Frédéric dans le placard pour toucher le pactole.

Christine a d’autant moins de scrupules qu’elle apprend que Franck, le voisin du dessus, pour continuer à toucher la pension de sa mère, a passé sa mort sous silence…

Rémi De Vos a écrit ce vaudeville sur le travail aujourd’hui, pour Christophe Rauck. Les éléments de base d’une pièce sociale y sont : chômage, exploitation du personnel, résignation des employés, harcèlement sexuel, souffrance au travail, auxquels sont associés tous ceux du vaudeville, un amoureux fou, une cocotte, un balourd somnolent, un obsédé du bricolage, sans compter l’utilisation du fameux placard où se planque le clandestin.

Mais peut-on associer sans arrière-pensée coupable le rire aux drames qui se multiplient et que vivent les laissés-pour-compte de la société aujourd’hui, chômeurs et autres sur-endettés, sur-exploités humiliés pour mieux être mis sur la touche et exclus du cercle.

Un texte amusant comme celui qu’a écrit Rémi De Vos, associé à la mise en scène échevelée de Christophe Rauck, débouche-t-il sur une sensibilisation aux problèmes abordés ? Ou bien le prétexte en vaut-il un autre pour faire un divertissement efficace si on en juge par les rires dans le public et les applaudissements fournis en fin de spectacle.

Il semblerait, à la lecture des notes dramaturgiques à propos de " Cassé", que le souci premier de l’auteur était de pénétrer "au cœur de l’organisation du travail, de ses mythologies et de ses contradictions".

Il n’est pas certain que le mode du vaudeville soit le meilleur support pour faire passer un message de cette envergure et d’une actualité brûlante.

A la condition de s’en tenir strictement à ce que l’on voit sur le plateau, au jeu des comédiens tous excellents, à la drôlerie des situations, au rythme d’une mise en scène bien menée, on peut passer, en ce moment, au TGP, une bonne soirée.

 

Francis Dubois.

 

TGP Centre Dramatique National
59 bd Jules Guesde 93 207 Saint Denis

 www.theatregerardphilipe.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)