Actualité théâtrale

 Au Théâtre Gérard Philipe jusqu’au 12 février 2012

"Cassé" Partenaire Réduc’snes

"Cassé" de Rémi De Vos. Mise en scène de Christophe Rauck.

Christine a été licenciée après dix-huit années passées chez Prodex. Elle ressasse à longueur de temps ses souvenirs de travail. Elle échappe à la déprime grâce aux médicaments que lui a prescrits son médecin amoureux d’elle.

Frédéric, le mari de Christine, de nature lymphatique, accepte de sortir les poubelles et de nettoyer les sols dans la société où il est employé, malgré ses capacités en informatique. Ni les vexations, ni les humiliations qu’il subit quotidiennement ne semblent l’atteindre.

Cathy, secrétaire de son état, est très convoitée par ses collègues masculins. C’est elle qui n’a pas froid aux yeux et qui, apprenant que Frédéric a souscrit une assurance-vie, a l’idée de faire disparaître celui-ci. Un faux certificat de décès délivré par le médecin amoureux et il n’y plus qu’à enfermer Frédéric dans le placard pour toucher le pactole.

Christine a d’autant moins de scrupules qu’elle apprend que Franck, le voisin du dessus, pour continuer à toucher la pension de sa mère, a passé sa mort sous silence…

Rémi De Vos a écrit ce vaudeville sur le travail aujourd’hui, pour Christophe Rauck. Les éléments de base d’une pièce sociale y sont : chômage, exploitation du personnel, résignation des employés, harcèlement sexuel, souffrance au travail, auxquels sont associés tous ceux du vaudeville, un amoureux fou, une cocotte, un balourd somnolent, un obsédé du bricolage, sans compter l’utilisation du fameux placard où se planque le clandestin.

Mais peut-on associer sans arrière-pensée coupable le rire aux drames qui se multiplient et que vivent les laissés-pour-compte de la société aujourd’hui, chômeurs et autres sur-endettés, sur-exploités humiliés pour mieux être mis sur la touche et exclus du cercle.

Un texte amusant comme celui qu’a écrit Rémi De Vos, associé à la mise en scène échevelée de Christophe Rauck, débouche-t-il sur une sensibilisation aux problèmes abordés ? Ou bien le prétexte en vaut-il un autre pour faire un divertissement efficace si on en juge par les rires dans le public et les applaudissements fournis en fin de spectacle.

Il semblerait, à la lecture des notes dramaturgiques à propos de " Cassé", que le souci premier de l’auteur était de pénétrer "au cœur de l’organisation du travail, de ses mythologies et de ses contradictions".

Il n’est pas certain que le mode du vaudeville soit le meilleur support pour faire passer un message de cette envergure et d’une actualité brûlante.

A la condition de s’en tenir strictement à ce que l’on voit sur le plateau, au jeu des comédiens tous excellents, à la drôlerie des situations, au rythme d’une mise en scène bien menée, on peut passer, en ce moment, au TGP, une bonne soirée.

 

Francis Dubois.

 

TGP Centre Dramatique National
59 bd Jules Guesde 93 207 Saint Denis

 www.theatregerardphilipe.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)