Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Philippe Carrese (France)

"Cassos" Sortie en salles le 13 juin 2012

Pour se débarrasser de sa femme autoritaire et castratrice, Marc, un modeste assureur de province, ne passe pas par quatre chemins. Il rentre en contact avec le Milieu et leur commande le meurtre. Homme bonasse qui ne sait pas dire non, Marc accepte de servir de chauffeur à Toulouse, un malfrat de petite envergure, pour un casse foireux.

Or, initié par celui-ci aux ficelles du métier, il finira par découvrir sa vraie nature et à appréhender son potentiel de tueur.

Le sujet n’est pas neuf, celui du pauvre mec qui, au hasard des circonstances, finit par troquer sa nature naïve et docile contre celle d’un truand sans pitié qui va très vite dépasser ses initiateurs en rouerie et en cruauté.

Ce sujet de comédie se heurte très vite à ses limites et, ligoté par les poncifs, ne peut jamais déborder et devenir la comédie hilarante que Philippe Carrese a voulu réaliser et pour laquelle, semble-t-il, il n’a pas ménagé sa peine.

Les ingrédients y sont. Alors, à quelle autre raison attribuer le fait cela donne au final un film un peu traînard, sans grande saveur, mais pas complètement raté non plus ?

Didier Bénureau a la silhouette du personnage, le côté débonnaire qui convient, mais il est à l’image du film ou le film est à son image : il manque terriblement de crédibilité comique et tout au long du film, on a du personnage, la même image nonchalante qui finit par fausser la volonté du récit.

Simon Astier est un peu mieux en malfrat de petite pointure mais là encore, ça ne va pas bien loin. Est-ce parce que son personnage nous est livré d’entrée et qu’on sait depuis le début à quoi s’en tenir avec lui ?

Les seconds rôles sont à l’avenant, toujours sans relief même si on reconnaît au passage, Féodor Atkine, Olivier Sitruk, Wojitek Pszoniak ou Agnès Soral dans le rôle de l’épouse virago. Là encore, chacun rate son coup et passe à la trappe de l’ennui.

Le seul personnage à sauver, mais c’est peut-être parce celui-là est vraiment écrit, est celui de Chloé, la fille paumée qui fait un bout de chemin aux côtés de Marc et de Toulouse, n’a pas froid aux yeux et pas chaud au cœur. Il est joué par une comédienne singulière, qu’on voit malheureusement trop peu sur les écrans et qui se nomme Marie Kremer.

Du film de Philippe Carrese, il reste au bout du compte une comédie pataude qui a des airs de déjà-vu, mais qui, malgré tout, se laisse voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)
  • « Mariana »
    Mariana, la quarantaine passée, issue de la haute bourgeoisie chilienne, a d’abord cédé aux influences de son père et plus tard à celles de son mari. Elle se réveille de sa soumission dès lors qu’elle... Lire la suite (11 décembre)
  • « Les bienheureux »
    L’Algérie, quelques années après la guerre civile. Amad et Samir, lui est médecin, elle est universitaire, ont décidé de fêter leur anniversaire de mariage au restaurant. Pendant le trajet en voiture... Lire la suite (11 décembre)