Actualité théâtrale

au théâtre de La Commune d’Aubervilliers

« Casteljaloux » jusqu’au 17 avril

De Casteljaloux, petite ville du Lot et Garonne où il a grandi, Laurent Laffargue fait une image emblématique de la province française, avec ses petits et grands drames familiaux, ses adolescents qui s’ennuient et se rêvent orphelins, les amitiés et les rivalités, les jalousies, l’envie de fuir ailleurs ou dans l’alcool. L’accent du sud-ouest tempère à peine la violence des échanges quotidiens et des rapports sociaux.
Dans cette pièce qu’il a écrite, mise en scène et qu’il joue seul, dans cette première version, Laurent Laffargue règle des comptes avec la ville de ses origines et pourtant on n’est pas dans le drame. Il y a de l’humour et on sent de la tendresse pour certains des personnages. Il y a Romain, 15 ans, fan de hand-ball, amoureux de Pascaline, comédien en apprentissage et qui ne rêve que de partir. Il y a son père, Ferdinand, le « queutard » du village, qui sait tout sur tout le monde et dont son fils voudrait bien s’éloigner le plus possible !
Il y a Chantal, « la jolie » prise entre deux hommes et que Ferdinand convoite et enfin Jean-François, homosexuel en secret, qui se veut l’ami de Romain dont il est en fait amoureux. Et la ronde des amours, des désirs, des petitesses et des jalousies s’enclenche, jusqu’à la fuite de Romain, loin de Casteljaloux. Avec une voiture sur scène, la forêt des Landes qui défile sur l’écran de fond de scène, par la magie de son jeu et de la musique pop-rock des années 80, Laurent Laffargue crée un univers.

© Photo Pierre PLANCHENAULT

On pense au cinéma de David Lynch, au travail de Caubère et bien sûr à Edward Bond, qu’il a rencontré et mis en scène. Il nous emmène sur un terrain de hand-ball, à la fête foraine, dans la forêt avec son père, au bar aussi où, l’alcool aidant, entre flipper et baby-foot s’échangent les commérages et les confidences. Il est tous les personnages, mais on est surtout dans la tête de Romain, confronté à la violence des rapports sociaux et qui pense avant tout à fuir ce monde qui peut aller jusqu’à l’horrible, fuir pour devenir enfin lui-même. Laurent Laffargue réussit, seul en scène, à susciter toute la gamme des émotions, la peur, l’inquiétude, le dégoût, le rire et même la tendresse. La version qui suivra en 2011, verra le jeu collectif reprendre ses droits avec dix comédiens et un chien. « Ces personnages qui auront été connus d’abord par leur parole rapportée par un autre, vont (demain) rouler pour eux-mêmes ». Cette première version est une très bonne mise en bouche.
Micheline Rousselet

Jusqu’au 17 avril
Mardi et jeudi à 20h, mercredi, vendredi et samedi à 21h et dimanche à 16h30
Théâtre de la Commune
2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : 01 48 33 16 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)
  • « Le voyage de D. Cholb »
    En 2013, le comédien, metteur en scène et auteur Bernard Bloch, juif athée de gauche affligé par l’état des relations israélo-palestiniennes, décide de passer quelques jours en Cisjordanie avant d’aller... Lire la suite (3 décembre)
  • « Maîtres anciens »
    On connaît l’art de Thomas Bernhard pour dire sa haine de l’État catholique autrichien et des Autrichiens. Dans son roman Maîtres anciens, qu’adapte et joue seul en scène Nicolas Bouchaud, un... Lire la suite (1er décembre)
  • « Festen »
    Cyril Teste s’est emparé du scénario du film de Thomas Vinterberg, l’a adapté pour le théâtre, sans le trahir en laissant intacte la charge émotionnelle du film. Quand la pièce commence, la salle est... Lire la suite (29 novembre)