Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Polar, Avant-première

Cavale, le vieux monde te rattrapera… « Galveston », Nic Pizzolatto

L’intrigue n’est pas nouvelle. Elle est même éculée. Un homme de main est envoyé par son patron chez un syndicaliste pour lui faire peur. Sans arme a-t-il dit. Méfiant, Roy Cady – c’est son nom – prend ses précautions. Bien lui en prend. Il trouve là une jeune prostituée à l’histoire compliquée et qui ment pour se sauver. La cavale commence qui va de la Nouvelle-Orléans au Texas. « Galveston », une bourgade de cet État, sert de titre à Nic Pizzolatto pour situer son propos : des histoires de famille dans ces petites villes où divorces et remariages créent des groupes étranges dans lesquels sexe, violence et haines vont bon train.

La cavale c’est aussi franchir des distances, transformer son environnement. Les paysages se succèdent. Une sorte de descriptions de ce Sud des États-Unis en continuelle mutation.

Cette superposition de trames fait tout l’intérêt de cette cavale qui, bien sûr, se terminera mal. Un oubli que le lecteur attentif détectera sans faire faiblir d’intensité ce train lancé à grande vitesse sans pilote. L’auteur agrémente son propos d’un portrait de jeune femme qui essaie désespérément de se sortir de la nase et d’en sortir sa fille de trois ans. Cette dernière permettra de faire une fin de 20 ans de cet homme de main devenu par la grâce d’on ne sait quoi, de plusieurs rencontres, une sorte d’oncle bienfaisant tout en apportant le malheur. Quelque chose de biblique passe dans ce roman. Comme souvent chez les auteurs américains.

Pourquoi ces personnages deviennent-ils sympathiques ? Une sorte d’énigme, le sel de ce noir qui envahit tout pour ne plus laisser qu’une petite lumière éclairant l’avenir. N’est-elle pas une illusion ?

L’écriture transporte, oblige le lecteur à s’intéresser à ces destins. Elle dessine une empathie. Pourtant, ce qui va arriver est prévu et il faudrait continuer à croire que ces trois là pourront s’en sortir, que chacun pourrait mettre en cause le système…

Nicolas Béniès.

« Galveston », Nic Pizzolatto, 10/18, parution le 5 septembre 2013.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)
  • « Derek Bailey », Jean-Marie Montera
    Le guitariste anglais Derek Bailey (1930-2005) a été un des pionniers de la branche nouvelle dite « Improvisation libre ». Son importance est telle que, dès 1966, il a changé la donne et brouiller les... Lire la suite (31 juillet)
  • « Dans la tête de Victor Orban »
    Illibéralisme un terme qui fait fureur pour décrire l’arrivée au pouvoir par la voie électorale de dictateurs au petit pied qui battent en brèche tous les droits démocratiques et installent un pouvoir... Lire la suite (31 juillet)
  • « Les soviets en Russie, 1905-1921 », Oskar Anweiler
    La révolution russe fait couler beaucoup d’encre. En oubliant les « soviets », bizarrement. Pourtant, ils représentent une forme nouvelle de démocratie. Ils dérangent et obligent à s’interroger sur les... Lire la suite (30 juillet)