Actualité théâtrale

Au Théâtre Essaïon - Paris

"Cavales"

Un homme, Paul, et une femme en robe de mariée, Elsa, courent. Où vont-ils, que fuient-ils ? Ils viennent de se rencontrer, ils semblent vouloir échapper à un monde qu’ils laissent derrière eux et sont en quête de liberté. Dans leur fuite, ils rencontrent d’autres « Lui », d’autres « Elle » qu’ils ont été, ont connus ou imaginés.
Comme le dit l’auteur, Pierre Vignes, « Cavales » est d’abord l’histoire d’un rêve que l’on a tous un jour, celui de partir, d’échapper à une vie dans laquelle on s’est, presque sans s’en apercevoir, peu à peu laissé enfermer. Dans leur fuite, leur désir d’une vie nouvelle entre en collision avec le réel. La conscience affleure peu à peu qu’il est difficile de supprimer d’un trait sa vie d’avant et ceux qu’on y aimait et qui vous aiment. Est-on prêt à tout quitter, à plonger dans l’inconnu, connaît-on l’autre suffisamment pour le faire ?

Pour ce « road trip théâtral où se mêlent deux courses, l’une intérieure qui tend vers plus de liberté, l’autre extérieure qui lutte face à la brutalité du réel », Sébastien Rajon a imaginé un dispositif scénique astucieux. Dans un décor noir, une sorte de cabine, noire aussi, permet de créer des espaces qui ouvrent sur d’autres lieux et d’autres personnages, et passe de l’opaque au transparent pour laisser entrevoir la transformation de « Lui » ou « Elle ». En effet, dans leur course, Elsa et Paul rencontrent d’autres hommes et femmes. Stéphanie Papasian est Elsa et les autres « Elle ». Michel Laliberté est Paul et les autres « Lui ». Un changement de coiffure ou de costume leur permet de passer, très rapidement grâce à la cabine, d’un personnage à l’autre. Tous deux glissent avec beaucoup d’aisance d’un vêtement dans l’autre, mais aussi d’un caractère à l’autre. Ils sont tantôt l’homme et la femme en fuite dans leur quête de liberté, tantôt ceux qu’ils étaient dans leur vie d’avant. Ils sont tour à tour bourreau ou victime, séducteur ou séduit. Ils révèlent avec finesse ce que les rapports entre les sexes ont de complexes, avec leur cortège de tendresse, de sexe et de violence aussi.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre de L’Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris
Réservations (en se réclamant du Snes – partenariat Réduc’snes sollicité) : 01 42 78 46 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)