Actualité théâtrale

Au Théâtre Essaïon - Paris

"Cavales"

Un homme, Paul, et une femme en robe de mariée, Elsa, courent. Où vont-ils, que fuient-ils ? Ils viennent de se rencontrer, ils semblent vouloir échapper à un monde qu’ils laissent derrière eux et sont en quête de liberté. Dans leur fuite, ils rencontrent d’autres « Lui », d’autres « Elle » qu’ils ont été, ont connus ou imaginés.
Comme le dit l’auteur, Pierre Vignes, « Cavales » est d’abord l’histoire d’un rêve que l’on a tous un jour, celui de partir, d’échapper à une vie dans laquelle on s’est, presque sans s’en apercevoir, peu à peu laissé enfermer. Dans leur fuite, leur désir d’une vie nouvelle entre en collision avec le réel. La conscience affleure peu à peu qu’il est difficile de supprimer d’un trait sa vie d’avant et ceux qu’on y aimait et qui vous aiment. Est-on prêt à tout quitter, à plonger dans l’inconnu, connaît-on l’autre suffisamment pour le faire ?

Pour ce « road trip théâtral où se mêlent deux courses, l’une intérieure qui tend vers plus de liberté, l’autre extérieure qui lutte face à la brutalité du réel », Sébastien Rajon a imaginé un dispositif scénique astucieux. Dans un décor noir, une sorte de cabine, noire aussi, permet de créer des espaces qui ouvrent sur d’autres lieux et d’autres personnages, et passe de l’opaque au transparent pour laisser entrevoir la transformation de « Lui » ou « Elle ». En effet, dans leur course, Elsa et Paul rencontrent d’autres hommes et femmes. Stéphanie Papasian est Elsa et les autres « Elle ». Michel Laliberté est Paul et les autres « Lui ». Un changement de coiffure ou de costume leur permet de passer, très rapidement grâce à la cabine, d’un personnage à l’autre. Tous deux glissent avec beaucoup d’aisance d’un vêtement dans l’autre, mais aussi d’un caractère à l’autre. Ils sont tantôt l’homme et la femme en fuite dans leur quête de liberté, tantôt ceux qu’ils étaient dans leur vie d’avant. Ils sont tour à tour bourreau ou victime, séducteur ou séduit. Ils révèlent avec finesse ce que les rapports entre les sexes ont de complexes, avec leur cortège de tendresse, de sexe et de violence aussi.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre de L’Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris
Réservations (en se réclamant du Snes – partenariat Réduc’snes sollicité) : 01 42 78 46 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)
  • « Marie-Antoinette »
    De Marie-Antoinette Stefan Zweig dit « Elle n’était ni la grande sainte du royalisme ni la grande « grue » de la Révolution, mais un être moyen, une femme en somme ordinaire, pas trop intelligente, pas... Lire la suite (13 septembre)