Actualité théâtrale

Au Théâtre Essaïon - Paris

"Cavales"

Un homme, Paul, et une femme en robe de mariée, Elsa, courent. Où vont-ils, que fuient-ils ? Ils viennent de se rencontrer, ils semblent vouloir échapper à un monde qu’ils laissent derrière eux et sont en quête de liberté. Dans leur fuite, ils rencontrent d’autres « Lui », d’autres « Elle » qu’ils ont été, ont connus ou imaginés.
Comme le dit l’auteur, Pierre Vignes, « Cavales » est d’abord l’histoire d’un rêve que l’on a tous un jour, celui de partir, d’échapper à une vie dans laquelle on s’est, presque sans s’en apercevoir, peu à peu laissé enfermer. Dans leur fuite, leur désir d’une vie nouvelle entre en collision avec le réel. La conscience affleure peu à peu qu’il est difficile de supprimer d’un trait sa vie d’avant et ceux qu’on y aimait et qui vous aiment. Est-on prêt à tout quitter, à plonger dans l’inconnu, connaît-on l’autre suffisamment pour le faire ?

Pour ce « road trip théâtral où se mêlent deux courses, l’une intérieure qui tend vers plus de liberté, l’autre extérieure qui lutte face à la brutalité du réel », Sébastien Rajon a imaginé un dispositif scénique astucieux. Dans un décor noir, une sorte de cabine, noire aussi, permet de créer des espaces qui ouvrent sur d’autres lieux et d’autres personnages, et passe de l’opaque au transparent pour laisser entrevoir la transformation de « Lui » ou « Elle ». En effet, dans leur course, Elsa et Paul rencontrent d’autres hommes et femmes. Stéphanie Papasian est Elsa et les autres « Elle ». Michel Laliberté est Paul et les autres « Lui ». Un changement de coiffure ou de costume leur permet de passer, très rapidement grâce à la cabine, d’un personnage à l’autre. Tous deux glissent avec beaucoup d’aisance d’un vêtement dans l’autre, mais aussi d’un caractère à l’autre. Ils sont tantôt l’homme et la femme en fuite dans leur quête de liberté, tantôt ceux qu’ils étaient dans leur vie d’avant. Ils sont tour à tour bourreau ou victime, séducteur ou séduit. Ils révèlent avec finesse ce que les rapports entre les sexes ont de complexes, avec leur cortège de tendresse, de sexe et de violence aussi.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre de L’Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris
Réservations (en se réclamant du Snes – partenariat Réduc’snes sollicité) : 01 42 78 46 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)