Éditos

Cavalier seul

En période de crise sanitaire, la parole de l’État est attendue et scrutée. Elle doit éviter de nourrir l’anxiété, être mesurée. Coup de théâtre, le président de la République a annoncé un déconfinement à partir du 11 mai et la réouverture des écoles, sans exposer les conditions sanitaires nécessaires et sans prendre l’avis du Conseil scientifique. Très vite, il est apparu que cette date revêtait un aspect purement virtuel et obéissait à des objectifs de communication.
Le gouvernement a été appelé à la rescousse pour tenter de donner corps aux propos d’E. Macron. J.-M. Blanquer, jamais le dernier quand il s’agit de s’exprimer, s’est précipité pour exposer un de ces plans hasardeux dont il a le secret ; plan, tout à la fois, vide sur la question des préconisations sanitaires et précis sur les dates et classes qui doivent reprendre.
Le ministre de l’Éducation a claironné que ses propositions étaient le fruit de concertations avec les syndicats, les fédérations de parents d’élèves, les organisations lycéennes et les collectivités territoriales. Et tout cela en moins d’une semaine ! Qui peut sérieusement y croire ? Il faudrait d’abord s’entendre sur le terme de concertation. Une concertation véritable suppose un processus, des débats contradictoires, des réponses aux revendications… Ce n’est pas une écoute polie débouchant sur une décision unilatérale. Le ministre galope, nez au vent, et fait cavalier seul encore une fois !
L’élaboration des conditions d’une éventuelle reprise doit répondre prioritairement aux exigences de sécurité sanitaire, respecter l’expertise pédagogique des personnels et leur temps de travail. Le SNES-FSU ne transigera pas sur tous ces points

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Rentrée sportive
    Une rentrée, ça se prépare ! D’autant plus quand le contexte sanitaire est périlleux et que le confinement a profondément creusé les inégalités entre élèves. Cet été, le ministre a donné beaucoup de sa... Lire la suite (27 août)
  • Crise de vert
    Une fois les premiers commentaires sur les élections municipales passés, il s’agit d’approfondir quelque peu les analyses. Dimanche 28 juin, seuls quatre électeurs sur dix sont allés voter. Ce chiffre... Lire la suite (3 juillet)
  • Grâce et disgrâce
    Que de louanges sur l’engagement des professeurs n’a-t-on entendues pendant le confinement  : soucieux de préserver le lien des élèves avec l’école, utilisant leur propre matériel, ne ménageant ni peine... Lire la suite (13 juin)
  • Les jours d’après
    Impréparation, improvisation, contradictions, les substantifs abondent pour qualifier la gestion calamiteuse de la crise sanitaire et le plan de retour des élèves en classe. N’écoutant ni Conseil... Lire la suite (21 mai)
  • Aux fraises !
    Le ministre de l’Agriculture, emphatique, lance un appel aux personnes désœuvrées afin de « rejoindre la grande armée de l’agriculture française ». À sa rescousse, sa collègue, porte-parole du... Lire la suite (28 mars)