Actualité théâtrale

Jusqu’au 10 octobre au Théâtre Le Monfort

« Celui qui tombe »

Après avoir fait chuter et voler ses acrobates sur L’art de la fugue de Bach, Yoann Bourgeois leur demande de rester debout dans un univers mouvant. Ils sont six circassiens, danseurs et comédiens, tentant de garder l’équilibre sur un plancher qui s’incline, se soulève jusqu’à atteindre parfois la verticale, tourne de plus en plus vite, les écrase ou au contraire les soulève. Il leur fait affronter les lois de la gravitation ou celles de la force centrifuge dans une chorégraphie admirable de précision, de beauté et surtout d’émotion.

Théâtre : Celui qui tombe

Dans le silence, où chaque bruit des machines actionnant le plancher devient source d’inquiétude, ou bien sur la musique de Bach, de la Callas chantant Casta Diva, Sinatra chantant My way ou du chant grégorien, les six circassiens tombent, se redressent, cherchent l’équilibre et réussissent des prouesses. Derrière leur effort pour rester debout et se relever quand ils tombent, un monde s’ouvre pour nous, évoquant toute l’étendue de l’expérience humaine. Ils cherchent leur équilibre, parfois se pressent, l’un passe au-dessus des autres ou entraîne l’autre dans sa chute. Parfois au bord du plateau, ils scrutent avec inquiétude le vide entre le plateau et le bord de la scène, comme s’ils étaient sur une terre entourée de menaces et s’y raccrochaient comme à leur point d’ancrage, car ils n’en ont pas d’autre. Emportés, soulevés, projetés par la vitesse de rotation du plancher, ils résistent, et le salut, le plus souvent, est dans l’empathie et la solidarité. Ils se serrent au centre du plateau comme pour résister à la tourmente, vont chercher celui qui est tombé du plateau, l’aident à remonter, le portent.

Leur travail est original et magnifique. C’est un spectacle que vous ne devez pas manquer.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30 (sauf le 1er octobre : 21h)

Le Monfort

Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion

75015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)