Actualité théâtrale

Théâtre La Bruyère à partir du 21 novembre 2017.

« Chagrin pour soi » une comédie de Sophie Forte et Virginie Lemoine. Mise en scène Virginie Lemoine.

Au petit matin après une nuit d’insomnie, la vie de Pauline bascule. Son mari lui apprend qu’il aime une autre femme et qu’il la quitte.

A peine a-t-il passé la porte qu’un coup de sonnette survient. L’homme qui se présente, bien de sa personne et portant l’habit se présente : Il est son chagrin.

Et dès lors Pauline cohabitera avec celui qui va devenir son fidèle compagnon, auquel elle se soumettra autant qu’elle lui résistera.

Aidée de ses filles, de sa meilleure amie, d’une galerie de thérapeutes parfois surréalistes (tous ces personnages sont interprétés en surjeu irrésistible par le même comédien) Pauline va prendre toutes sortes d’initiatives loufoques ou touchantes, tonitruantes ou résignées pour tenter de décoller d’elle ce chagrin insistant au point, à la faveur du temps qui passe, de devenir familier et presque confortable.

Théâtre : chagrin pour soi

L’idée de départ de la pièce est tellement épatante et dès les premières répliques, tellement bien mise en place, qu’on appréhende de voir vaciller ce premier élan, de voir se perdre ce rythme de départ si bien tenu.

Or, il n’en est rien et Sophie Forte et Virginie Lemoine gardent d’un bout à l’ordre de l’heure et demie de spectacle, la même rigueur d’écriture, leur sens profond du mélange subtile de l’émotion et de la drôlerie, cet espèce d’équilibre entre franc-rire et émotion.

Le rythme de l’écriture, celui toujours vif et inventif de la mise en scène, sont relayés par une interprétation qui reste dans la même tonalité, toujours à la limite du burlesque mais sans jamais tomber dans l’excès.

Il y a là, de la part des trois comédiens, une magnifique maîtrise du surjeu, une manière de rester sur le fil, de maintenir tout le spectacle dans une sorte d’équilibre...

A mentionner également la qualités des chansons et des quelques moments de chorégraphie.

Voilà un spectacle réjouissant, bondissant, intelligent, bon enfant, haut en couleurs qui devrait et pour longtemps, connaître un succès mérité et toucher un vaste public.

Francis Dubois

Théâtre La Bruyère 5 rue La Bruyère 75 009 Paris

Réservation : 01 48 74 76 99 / www.theatrelabruyere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)