Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 3 février 2019

« Charlotte » Une libre adaptation de « Vie ? Ou théâtre ?  » de Charlotte Salomon et « Charlotte » de David Foenkinos

Charlotte Salomon a vingt ans en 1937. Elle est amoureuse pour la première fois alors que le danger du nazisme menace. Réfugiée dans le sud de la France, elle s’est retirée du monde pour mieux l’observer et en une seule année, elle créée plus de mille dessins pour décrire ce qu’elle a vu, aimé, subi.

Mais la jeune artiste est dénoncée puis déportée à Auschwitz. Elle va mourir à vingt six ans en laissant une œuvre considérable qu’elle a pris soin de confier à son médecin avant son arrestation.

Théâtre : Charlotte

Muriel Coulin pour la conception de son spectacle s’est inspirée de la vie de Charlotte Salomon, de ses textes, peintures et ébauches et du roman de David Foenkinos, Prix Renaudot et Goncourt des lycéens 2014.

Cinéaste, elle a réalisé en collaboration avec sa sœur, deux films salués par la critique « 17 filles » et « Voir du pays  » primés au Festival de Cannes.

Pour «  Charlotte » elle a associé archives, témoignages, documents et dialogues et retracé avec infiniment de talent et virtuosité le portrait enthousiaste d’une jeunesse assassinée.

Son «  Charlotte  » est une totale réussite, l’approche d’une grande délicatesse d’un personnage gourmand de la vie, artiste spontanée, amoureuse de son art, naïve et sincère.

Elle en a confié l’interprétation à une jeune comédienne dont l’élan, le jeu et le naturel font merveille.

Elle a entouré Charlotte (impétueuse, sensible et frémissante Mélodie Richard) de personnages attachants, sa mère (formidable Nathalie Richard), père, grand-père, grand-mère aussi charnels que distanciés.

Une scénographie inventive et une vidéo constituée de projections des œuvres de Charlotte Salomon ajoutent au plaisir des couleurs mêlées et prouve que le procédé peut être efficace quand il est utilisé à bon escient.

Le spectacle est lumineux, élégant sans jamais avoir recours à la moindre note esthétisante, émouvant sans jamais forcer l’émotion.

Reste à souligner la performance de Mélodie Richard qui passe du jeu dramatique à la création d’une musique live sans jamais rompre avec l’authenticité, la gravité ou l’émotion de son personnage.

A ne pas manquer !

Francis Dubois

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21- www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)