Communiqués

Charte des programmes : vers une nouvelle méthode d’élaboration des programmes

La « charte des programmes » publiée par le Conseil Supérieur des Programmes est une étape essentielle de la mise en application de la Loi de refondation de l’Ecole. Il s’agit d’un texte important pour la conception des programmes scolaires et la définition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Le SNES-FSU prend acte de la volonté affichée de mettre au cœur de l’Ecole une culture commune définie comme « l’idéal d’un bien commun à construire, qui admet le jeu des différences dans l’échange, plutôt que comme un donné initial imposé qui risquerait d’être un facteur discriminant », bien loin de la conception étroite et utilitariste du socle de 2005.

Les principes énoncés (recherche de cohérence des contenus enseignés, reconnaissance du travail de mise en œuvre par les enseignants, volonté de transparence dans l’élaboration des programmes par l’explicitation des choix opérés et la consultation des personnels et des organisations syndicales, évaluation régulière de la mise en oeuvre des programmes, lien avec la recherche et avec la formation initiale et continue des enseignants) et la proposition de mettre en place des « observatoires départementaux ou académiques » répondent à des demandes du SNES-FSU.

Le SNES-FSU considère qu’une approche qui consisterait à penser en cohérence les programmes, les conditions matérielles de mise en œuvre, l’évaluation des élèves, et la formation des enseignants peut contribuer à « une meilleure qualité des apprentissages de tous les élèves et à une équité améliorée de l’ensemble du système éducatif ». En tout état de cause, il rappelle son exigence de repères annuels dans les programmes et son opposition à toute logique qui renverrait à une définition locale de tout ou partie des contenus d’enseignement, qui viserait à soumettre les programmes disciplinaires à une logique de compétences « transversales », ou qui remettrait en cause le caractère national des diplômes.
Il demande par ailleurs que les Groupes d’élaboration des projets de programmes des cycles CM1-CM2-6ème et 5ème 4ème 3ème comprennent des enseignants de terrain du second degré.

Il sera attentif à la mise en œuvre des principes de cette charte qui peut être un véritable levier pour une élaboration démocratique des programmes scolaires au service de la réussite de tous les élèves.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Affectation post-bac, bac et lycée : pas de réforme à marche forcée !
    Le SNES-FSU a participé à la concertation enseignement supérieur en septembre-octobre et a rencontré la mission Mathiot sur le bac et le lycée le 13 novembre. Le projet de loi sur l’orientation et... Lire la suite (17 novembre)
  • Enseignement de la Shoah : pas de faux procès
    Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus... Lire la suite (3 novembre)
  • Grève
    La grève de ce jour constitue un avertissement sévère que le gouvernement devrait prendre au sérieux. Quelques mois après son élection, la politique du Président de la République a eu pour effet de... Lire la suite (10 octobre)
  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)