Actualité théâtrale

au Théâtre La Bruyère

"Cher menteur" à partir du 20 septembre

L’actrice Stella Campbell et le grand dramaturge Bernard Shaw, se sont écrit pendant quarante ans, jusqu’à la mort de Stella Campbell en France en 1940. Dans ces lettres, Stella se montre tantôt en actrice capricieuse et tyrannique, tantôt en femme qui vieillit et dont le succès décline. George Bernard Shaw est pour elle « Joey le clown » à qui elle réserve une grande tendresse. Sous les coups de griffe qui parsèment de temps à autre leurs échanges, il y a toujours beaucoup de gaîté et d’humour. De leurs lettres parfois mondaines, souvent amoureuses puis plus sombres avec le temps de la vieillesse et de la guerre, sourd une nostalgie face au temps qui passe et transforme les relations, face au succès qui fuit ou qui grandit. L’humour qui persiste permet d’éviter tout pathos et toute grandiloquence.

Photo Lot

Régis Santon met en scène ces échanges épistolaires, qui ont été adaptés pour le théâtre par l’Américain Jérôme Kilty puis transposés par Jean Cocteau, dans un dispositif scénique simple mais efficace. Les deux partenaires sont chacun dans leur espace, une coiffeuse pour Stella, un bureau pour G.B. Shaw. On est bien dans l’échange épistolaire et non dans un dialogue face à face et pourtant ces deux là se répondent parfaitement. Marcel Maréchal est Bernard Shaw. Il est plus convaincant en vieil écrivain qu’en jeune auteur amoureux, mais sait donner de la profondeur au personnage de clown qu’il joue, parfois, pour Stella. Francine Bergé est parfaite tant en jeune actrice adulée qu’en femme que les années ont obligée à plus de raison. Élégante, elle croque le texte avec gourmandise et c’est un plaisir de les écouter tous les deux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
Théâtre La Bruyère
5 rue La Bruyère
75009 Paris
Réservations : 01 48 74 76 99
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)