Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Dorothée Sebbag (France)

"Chercher le garçon" Sortie en salle le 2 mai 2012

Le soir du réveillon, Emilie, trente-cinq ans, célibataire, se voit contrainte de déboucher seule une bouteille de champagne. Souffrant de cette solitude extrême, elle décide sur le champ de prendre le taureau par les cornes et de s’inscrire sur "Meet Me", un site de rencontres. Cette démarche lui permettra-t-elle de trouver, pour l’année prochaine, le grand amour ?

Les réponses à son annonce ne tardent pas à affluer. Il y a les cyniques, les tordus, les romantiques, mais est-il si facile de forcer le destin ? Ne vaut-il pas mieux faire confiance au hasard ?

Dorothée Sebbag, après des études à la Femis et la réalisation de plusieurs courts métrages, voyait tous ses projets de films longs tomber à l’eau.

Elle décide alors de réaliser une comédie avec une équipe réduite, dans des conditions documentaires. Elle a l’accord de Sophie Cattani, une comédienne singulière à la palette de jeu très étendue, une vraie nature qui ne demande qu’à exploser.

Hélas, l’immense besoin de réaliser un film ne suffit pas à créer le talent et Dorothée Sebbag réduit sa réalisation à une enfilade de sketchs, mettant sa comédienne face à la situation de devoir se renouveler, à chaque épisode, sans pouvoir lui apporter la moindre matière ou inventivité pour faire exister son personnage.

La construction du film est d’une grande pauvreté. A un homme qui se présente en succède un autre. Elle a voulu varier les portraits, mais on ne sort jamais du catalogue attendu.

Emilie, debout sur le trottoir, assise sur un parapet ou assise à la terrasse d’un café, voit arriver Julien le romantique, Frédéric le boxeur, Yough Grant qui ne jure que par Hugh Grant, Antoine le danseur, le renard du désert, Monsieur X ou Thierry les yeux bleus.

Elle se laisse enchaîner par un gentil sadique, entraîner jusqu’au lit par un pseudo-romantique, emporter par un pas de danse mais c’est finalement un pêcheur à la ligne qui n’était pas du tout prévu au programme qui fera l’affaire…

Le grand reproche qu’on pourrait faire à "Chercher le garçon" est d’avoir, par sa pauvreté, son manque d’invention, réduit à néant l’immense talent, tant dans le registre drôle que dans le drame, de Sophie Cattani si prometteuse dans "Je suis heureux que maman soit vivante", dans " Tom Boy" ou l’espace d’une courte apparition, dans "Polisse"

Ceci dit, Marseille est très belle sous un soleil radieux.

Un coup d’essai pour pas grand-chose. Dommage.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)