Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sou Abadi (France)

« Cherchez la femme » Sortie en salles le 28 juin 2017.

Armand et Leila, étudiants à Sciences-Po, forment un jeune couple d’amoureux.

Ils ont comme projet immédiat de partir à New-York pour y faire leur stage de fin d’études.

Mais quand Mahmoud, le frère aîné de Leila revient d’un long séjour au Yémen au cours duquel il est devenu un religieux radical, il s’oppose à la relation amoureuse de sa sœur, à son départ aux États-Unis et veut amener son frère cadet à partager ses convictions.

Leila cloîtrée, Armand n’a plus, pour la revoir et donc forcer le barrage qu’oppose Mahmoud, que d’imaginer une supercherie : enfiler un voile intégral et passer pour une militante intégriste.

Le lendemain, une certaine Shéhérazade au visage voilé se présente à la porte de l’appartement de Léila.

Mahmoud l’accueille comme une sœur religieuse et très vite, il succombe au charme et au charisme de la jeune femme...

Cinéma : Cherchez la femme

La première condition pour adhérer au film est d’ admettre que l’on peut réaliser une comédie débridée sur le thème de l’islam radical.

Il est peut-être un peu tôt pour inviter à faire rire sur le sujet aussi brûlant et douloureux.

Si on fait abstraction de cette réserve, on peut se laisser porter par un film qui ne manque pas de rythme et qui fonctionne avec finesse sur les ressorts classiques de la comédie : supercherie, travestissement, voix maquillée, poursuites de voitures haletantes, militantisme traité à gros traits...

La façon pour Sou Abadi de traiter le sujet est plutôt adroite et les invraisemblances font partie du jeu. Pour se laisser porter par le récit qui prend des airs de conte, il faut admettre que Mahmoud soit assez naïf pour ne jamais déceler la supercherie et qu’il puisse tomber amoureux de cette « sœur » dont il ne serait pourtant pas difficile de découvrir qu’elle est un homme.

Mais la comédie l’emporte et au bout d’un moment le pragmatisme baisse les bras et se laisse prendre au grosses ficelles du rire à tout prix et à des rebondissements toujours inattendus, souvent irrésistibles qui nous entraînent jusqu’à un final, dans une sorte de tourbillon narratif, particulièrement cocasse et réussi.

« Cherchez la femme » doit également beaucoup aux comédiens, au très prometteur Félix Moati mais également à des seconds rôles irrésistibles et notamment celui de la mère d’Armand interprété par une Anne Alvaro grandiose.

Sa seule composition justifierait qu’on aille voir la film.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)