Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Ragnar Bragason -Islande-

"Children" sortie en salles le 16 avril

Longtemps, l’Islande a été utilisée surtout comme décor naturel pour des productions cinématographiques. Mais depuis peu, une génération de cinéastes est apparue parmi lesquels Baltasar Kormakur avec "The sea" et plus récemment "Dagur Kari" dont Noi Albinoi fut primé en 2003 à Angers et au Festival du film nordique à Rouen.
Avec une population qui compte 40% de moins de 24 ans et une concentration de 60% de ses habitants à Reykjavik, l’Islande bénéficie d’une très forte fréquentation des salles de cinéma.
Jusque là peu de films islandais sont parvenus jusqu’à nous mais ce sont à chaque fois des œuvres singulières, dramatiquement chargées, oppressantes et qui s’apparentent aux caractéristiques âpres de la vie insulaire. Dans Children du cinéaste Ragnar Bragason, Karitas, une jeune femme de trente ans se bat pour élever et garder avec elle ses quatre enfants. Le père des trois fillettes qui a refait sa vie depuis leur rupture voudrait récupérer ses enfants. Gudmundur, l’ainé, douze ans, n’a jusqu’ici jamais vu son père, un jeune homme immature, violent et en rupture de bans avec la société. Grillé dans le milieu de petit trafic auquel il appartient et lâché par une famille qui le rejette, il voudrait subitement, pour amorcer un nouveau départ, jouer la carte de la paternité.
Karitas qui se débat dans des difficultés financières insurmontables a mis en place un petit trafic de médicaments. Seule, elle n’a, en dehors de l’amour qu’elle porte à ses enfants, de sympathie que pour Marino, un schizophrène d’une quarantaine d’années qui vit avec sa mère…
C’est avec la participation de ses comédiens que Ragnar Bragason a construit ses personnages et élaboré son scénario. Chacun ayant eu la mission de conduire son personnage d’après une expérience personnelle. Et c’est peut-être cette méthode de travail qui, ayant nourri le scénario et donné aux personnages une authenticité confondante, donne à ce film sombre, une espèce de luminosité qui le maintient sans cesse dans un mouvement constructif et une vitalité rayonnante. Le scénario ne livre pas facilement les situations et les personnages laissant au spectateur le plaisir de reconstituer le puzzle d’une histoire qui ne garde jamais longtemps ses zones d’ombre et échappe au moindre effet narratif. Le noir et blanc ajoute à la cohérence de l’ensemble.
Un film âpre et sans concessions dont la construction et les situations, jouant sur la précision du détail, finissent par faire de personnages banals, submergés par un quotidien éprouvant, des êtres d’exception et quelque part exemplaires.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)