Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 30 décembre 2016.

"Chris Esquerre sur rendez-vous" Un spectacle de et avec Chris Esquerre

Il se présente sur scène dans une tenue qu’il qualifie de "propre " : un pantalon gris plutôt mal coupé et résolument hors mode, une chemise blanche de bonne tenue qu’il n’a pas " eu besoin d’amidonner " et des chaussures noires, en cuir qui " viennent d’une solderie ", les mêmes qui avaient déjà servi pour son premier spectacle.

Le ton est donné et ce sera grosso-modo celui qui accompagnera le spectacle sur toute sa durée.

Chris Esquerre n’abordera ni les sujets de sociétés, ni ceux de l’actualité. Il se cantonnera une heure et demie durant, avec quelques pointes d’espièglerie, quelques audaces prudentes, à une ligne anecdotique légère, non dépourvue de trouvailles, avec un incontestable talent de conteur.

De la maladie, la vieillesse, la mort, il va faire son miel et s’il égratigne la société dans ses travers c’est pour livrer la cote des prénoms en énumérant ceux qui sont les préférés des français en 2016.

Aux enfants trop gâtés, il faut offrir quelque chose qui leur restera, qui leur fera du profit, par exemple, un pilulier….

Théâtre : Chris Esquerre

Chris Esquerre conduit son spectacle "à vocation humoristique" tambour battant et s’il ne fait pas toujours mouche, si quelquefois sa prose devient laborieuse, un peu confuse, il sait parfaitement redresser la barre et retomber sur ses pieds.

Pourtant, la seule parenthèse sociale qu’il accorde à sa prestation et qui concerne Calais et les migrants vient peut-être bien dénoncer les limites des capacités de l’amuseur.

Là où d’autres avant lui excellaient et donnaient la preuve qu’on pouvait rire de tout, avec ce court intermède social, il prouve lui, que dans certains cas et quand le talent manque pour se hasarder dans les sujets extrêmes, on ne peut pas rire de tout.

Chris Esquerre, s’il adopte un ton personnel qui peut faire mouche dans une tonalité réduite, ne révolutionnera pas le monde du One man show.

Mais son spectacle, ces réserves faites, n’est pas désagréable à suivre.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2, bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)