Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point du 15 septembre au 11 octobre à 18h 30 puis du 15 octobre au 7 novembre à 21 h.

Christophe Alévêque, "Ca ira mieux demain" Un spectacle de et avec Christophe Alévêque. Mise en scène Philippe Sohier.

Christophe Alévêque est un habitué du Théâtre du Rond-Point.

Depuis 2009, il y a fait plusieurs passages remarqués dans la grande salle Renaud Barrault. On se souvient de " Christophe Alévêque dit tout" , de " Chris tophe Alévêque, "Super Rebelle…et candidat libre" de " Christophe Alévêque est super Rebelle ! Enfin ce qu’il en reste "

Ses spectacles peuvent porter sur le fonctionnement de la famille recomposée ou pas, l’adolescence lymphatique et cool, la pratique de la culture, les vertus du sport, les turpitudes du découvert bancaire, les vicissitudes du jeune père ou du célibataire en boîte. Des sujets de société

qu’il regarde à la loupe et qu’il aborde avec un humour ravageur, corrosif et décalé.

Et même si son regard sans concession sur notre société est parfois proche de celui de Guy Bedos, il se distingue de celui de son confrère par un ton très personnel, par le comportement nerveux de l’hyper actif qui donne l’impression de perdre de fil ou de ne plus savoir où donner de la tête.

Théâtre : Christophe Alévêque

Dans "Ça ira mieux demain" à l’affiche pendant deux mois (avec une courte interruption et un changement d’horaire) il se fait Don Quichotte et s’il reprend quelques classiques de ses prestations précédentes dont la fameuse différence entre "concerné " et" impliqué" avec comme exemple l’omelette aux lardons dans laquelle la poule est concernée et le cochon impliqué, s’il revient sur l’adolescent amorphe émaillant ses propos de "t’inquiète !" ou "tranquille !" qui pourtant ne rassurent aucunement les parents sur le grill de leur interrogations, il s’attaque surtout à l’actualité, à la crise, au gouvernement, à l’opposition, aux pluies abusives, au réchauffement de la planète, à la mal bouffe…

C’est en deuxième partie du spectacle qu’il se lance dans une revue de presse. Et c’est là qu’il excelle. Il aborde l’actualité dans ce qu’elle a de plus atroce, de plus cruel avec finesse et parfois une pointe d’émotion dont il se ressaisit sur le champ. Il passe d’une bouffée d’optimisme à une analyse inquiète de l’état des choses en un clin d’œil.

Personne n’échappe à sa vision corrosive du monde, pas plus le gouvernement en place que l’ancien président de la république dont il reprend les tics corporels, dont il dénonce les interventions surpayées en égratignant au passage les concerts de sa chanteuse d’épouse.

Lorsqu’il s’adresse au public pour demander qui, dans la salle est prêt à accueillir chez lui un migrant et que fatalement aucun ne répond, quand il aborde le sujet du corps de l’enfant que la mer a ramené sur une plage et assure qu’il faudrait peut-être qu’on retrouve une éleveur mort dans son champ pour que les français prennent la mesure du problème, il est dans le meilleur de son propos.

Christophe Alévêque vise juste et si son propos amuse, car c’est un humoriste, il nous renvoie et lui avec nous, à nos responsabilité de citoyens, à notre frilosité, notre individualisme forcené.

C’est parfois du grand art. C’est parfois un peu inégal. Mais si Christophe Alévêque est un artiste efficace dans le rire, sincèrement modeste, c’est aussi un pianiste et un chanteur surprenant.

Le final de son spectacle surprend et donne sa vraie tonalité, un autre éclairage à tout le reste de sa prestation et à l’homme sur le plateau.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)