Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 14 novembre

"Christophe Alévêque est Super Rebelle…" Un spectacle de Christophe Alévêque. Mise en scène de Philippe Sohier

Sa participation aux émissions de Laurent Ruquier. Son nom associé à ceux de Michel Drucker ou Thierry Ardisson n’auguraient rien de bon. L’apparition de l’artiste en cape noire doublée de rouge n’était pas pour rassurer sur la suite…
Pourtant, au bout d’un moment, on doit se rendre à l’évidence : malgré quelques facilités, le propos s’affirme, devient drôle, audacieux.
Son terrain de prédilection : l’actualité et les personnages qui s’y rattachent, l’éducation laxiste des parents, l’adolescence nonchalante, Françoise Dolto, l’individualisme forcené, les défauts de communication et celui qu’il imite à merveille, qu’il surnomme Zébulon, le Président de la République dont il dénonce la politique basée presque exclusivement sur l’effet d’annonce et la démagogie.
Le propos de Christophe Alévêque est d’autant plus efficace et drôle qu’il est complètement dénué d’effets, que les rires du public ne l’entraînent pas à forcer le trait et qu’il reste au niveau d’une sorte de modestie. Il y a chez lui, une vraie démarche, un vrai engagement et l’analyse qu’il fait de certains problèmes du moment, comme la grippe A dont il rapproche la campagne de sensibilisation de celle de la grippe aviaire qui tint en haleine la France entière et qui prit fin le jour où fut enfourché un autre cheval de bataille, est d’une évidence confondante.
Le morceau de bravoure final qui pourrait prêter à toutes les facilités reste dans la même tonalité. Il s’agit de l’intronisation de Nicolas Sarkosy, des épisodes du Fouquet’s et de la Place de la Concorde avec Gilbert Montagné, Jane Manson, Enrico Macias et Mireille Mathieu.
En contrepoint de cette soirée drôle, Christophe Alévêque entonne, en même temps qu’il présente les trois musiciens et comparses qui l’accompagnent, l’hymne " Bella Ciao". Ne serait-ce pas là une pointe de démagogie ? Certainement pas. Le public reprend avec lui mais c’est sans trompettes, sans racolage, un simple moment d’émotion.
On ne peut que conseiller ce One Man Show réjouissant dont on sort ragaillardi…
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)