Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Brahim Fritah (France)

"Chroniques d’une cour de récré" Sortie en salles le 5 juin 2013

Brahim habite Pierrefitte-sur-Seine avec sa famille. Ils logent dans l’usine de construction de grues dont le père, d’origine marocaine, est le gardien.

La cour de l’usine est un formidable terrain de jeux pour Brahim d’autant plus que ces engins le fascinent à tel point qu’ils habitent ses rêves.

Cette année est une période de profond changement pour le jeune garçon qui, en même temps qu’il tombe amoureux d’une voisine de classe, se lie d’amitié avec Salvador, jeune immigré chilien dont le père a disparu sous le régime Pinochet.

Avec la découverte dans une remise d’un vieil Instamatic Kodak, il se passionne également pour la photographie…

Tout irait pour le mieux si une mauvaise nouvelle ne s’abattait sur le personnel de l’usine : l’annonce de la délocalisation du site dans le sud de la France.

La grève du personnel ne changera malheureusement pas le cours des choses.

Brahim Fritah a sans doute pensé qu’en situant l’histoire de son film en 1980, il déjouerait les pièges des clichés qui menacent ce genre de sujet.

Hélas, il ne déjoue rien et ce ne sont pas l’originalité (naïve) de certains plans, l’usage ici et là du noir et blanc, les ralentis ou les accélérés qui changent grand-chose.

Le personnage du gamin qui, en ouvrant les yeux sur le monde, amorce le virage vers l’adolescence n’est pas très neuf et rien, dans le traitement du film, ne le fait échapper à l’archétype.

La famille maghrébine est là où on l’attend et rien ne manque aux élans de générosité de la mère aimante, femme de bon sens et bonne cuisinière, du père bonhomme, à la passion des plus jeunes pour les films diffusés à la télévision.

La grève de l’usine nous conduit à une solidarité ouvrière de pacotille, à une occupation des lieux la nuit, prétexte à repas prolétaire et scènes superflues. Chacun est à sa place et les débordements du jeune leader tête brûlée donnent lieu à l’exécrable scène filmée au ralenti opposant ouvriers et staff de direction.

On pourrait peut-être, en cherchant bien, sauver quelques moments du film mais la construction générale est tellement décousue, brouillonne, les personnages sont tous tellement attendus, qu’on baisse les bras.

Où sont l’humour et la poésie dont parle Brahim Fritah qui seraient censés montrer sous un jour nouveau le monde ouvrier, celui de l’immigration et de la banlieue pour rompre avec les images dramatiques et dépressives habituelles ?

Les meilleures intentions ne suffisent pas. Il faut les assortir d’un peu de talent.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’insensible »
    Sa mère a abandonné Denis quand il venait de naître. Il a grandi dans un orphelinat où on a décelé l’étrange maladie dont il est atteint et dont la particularité est de l’avoir rendu insensible à la... Lire la suite (9 septembre)
  • « Une joie secrète »
    La chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier a été très éprouvée par l’attentat à Charlie Hebdo et depuis 2015, elle a décidé comme une revanche, comme un acte de vie, de danser chaque jour pendant une minute dans... Lire la suite (8 septembre)
  • « Jeanne »
    Année 1429, la guerre de cent ans fait rage. Jeanne, jeune bergère, est mystérieusement investie d’un mission guerrière et spirituelle. Obéissant aux voix qui l’ont guidée, elle délivre la ville... Lire la suite (8 septembre)
  • « Viendra le feu »
    Amador Coro a purgé une peine de prison pour avoir, dans le passé, provoqué un incendie. A sa sortie, il n’a eu d’autre solution que de retourner dans le petit village perché des montagnes de la... Lire la suite (1er septembre)
  • "Liberté "
    En 1774, à la veille de la Révolution Française , madame de Dumeval, le Duc de Wand et le Comte de Tésis, aristocrates libertins expulsés de la Cour de Louis XVI, se retrouvent à la tombée de la nuit... Lire la suite (31 août)