Actualité théâtrale

MC 93 Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis Bobigny, jusqu’au 10 février

« Chroniques d’une révolution orpheline » Textes Mohammad Al Attar Mise en scène Leyla-Claire Rabih.

Entre 2011 et 2013, la situation de la Syrie n’est pas encore l’immense catastrophe humaine et l’imbroglio géopolitique inextricable qu’on constate aujourd’hui. Dans les trois textes de Mohammad Al Attar que Leyla-Claire Rabih a réunis pour un seul spectacle, un groupe de jeunes gens épris de liberté affronte pacifiquement la dictature.

C’est en 2011 que les premières manifestations pour la démocratie s’organisent sporadiquement ici et là en Syrie. Les rassemblements pacifiques sont sévèrement réprimés parce qu’ils représentent une bouffée d’espoir pour le peuple syrien.

Leyla-Claire Rabih suit les événements depuis Paris où elle vit et bientôt éprouve le besoin de concevoir un travail dramatique autour des débuts de cette révolution devenue aujourd’hui orpheline. Très vite, les choses se sont durcies avec le bombardement des villes par le régime syrien, par une répression aveugle, le massacre de son propre peuple dans le but paradoxal de rétablir l’ordre et la paix

Théâtre : Chroniques d'une révolution orpheline

Le spectacle donné sur le plateau de la salle Christophe Bourgois de la MC 93 est la première mise en scène concernant la guerre en Syrie hormis, en 2013, une performance qui était un prélude au projet de «  Chroniques d’une révolution orpheline  ». L’idée d’une trilogie a émergé quand la metteuse en scène a réalisé que les trois textes réunis allaient pouvoir rendre compte du passage d’un soulèvement populaire à une guerre civile. Les textes de Mohammad Al Attar réunis suivent le processus des événements qui se sont produits en Syrie entre 2011 et 2013.

Le choix de travailler sur les trois textes convenait d’un point de vue artistique parce qu’ils représentaient trois formes d’écriture théâtrale. Les textes sont réunis sous le titre de «  chroniques » . Son complément « révolution orpheline » vient du fait de la démission de l’occident et des États-Unis qui après avoir soutenu le pays, s’en sont subitement totalement désintéressés et qui ont, par cette subite indifférence, laissé se produire des massacres sous le regard de toutes les caméras du monde.

Sur ce sujet dont on ne peut aujourd’hui mesurer l’étendue du drame et où la communauté internationale a une lourde part de responsabilité, Leyla-Claire Rabih a conçu un spectacle qui repose sur la montée des événements et sur le fait bien connu que lorsqu’on est au centre d’un conflit, et même si chacun y risque sa vie à tout moment, un réflexe de défense et de survie se produit qui rend le quotidien vivable, la qualité des échanges possible, l’humour et la légèreté de vivre praticables

Et même si la complexité de la situation menace les personnages comme Noura lancée dans un travail de documentation et qui s’est engagée dans cette guerre à travers un objet médiatique, ou dans la dernière partie, Farès plongé dans la recherche d’un ami dont il a perdu toute trace, il subsiste à travers la gravité de la démarche une sorte de naïveté nécessaire qui sans rien enlever au drame, allège le propos.

C’est vivant, émouvant, drôle, constamment inventif, chaleureux et le récit, de toute évidence, bénéficie de la complicité entre des comédiens qui semblent avoir un long travail de compagnie derrière eux.

Francis Dubois

MC 93 Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis Bobigny

Réservations : 01 41 60 72 72 / mc93.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)