Actualité théâtrale

à L’Étoile du Nord

"Ciné in corpore" Jusqu’au 7 décembre

Georges Lautner vient de mourir. Mais on a encore dans l’oreille la voix de Bernard Blier : « Mais moi les dingues, j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordonnance et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’ Paris qu’on va l’retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi quand on m’en fait trop, j’correctionne plus, j’dynamite, j’disperse et j’ventile.  ». Nous sommes tous imprégnés de souvenirs de cinéma, en général antérieurs à nos souvenirs de théâtre et nombre d’hommes de théâtre reconnaissent composer avec ces souvenirs cinématographiques quand ils créent leurs spectacles.

Ces deux univers, certes différents, Guillaume Clayssen a souhaité les rapprocher « en une sorte d’odyssée transartistique où la langue de chacun dialoguerait avec celle de l’autre, « où un montage insolite ouvrirait les frontières entre les deux ». Il s’est interrogé sur ce qui reste d’un film dans nos mémoires : des images bien sûr, mais aussi bien d’autres choses. Il a donc proposé aux acteurs d’interroger leurs souvenirs de cinéma : les films qui les ont marqués, les acteurs, leur voix, leurs gestes et leurs attitudes, la musique. Des émotions qu’ils ont ressenties en tant que spectateurs il leur a demandé de faire leur inspiration pour jouer au théâtre.

Le résultat est cette création hybride entre cinéma et théâtre. Ce qu’a cherché Guillaume Clayssen ce n’est pas à recréer les films mais à réveiller ce qui en reste en nous. Cela commence bien sûr avec la naissance du cinéma et les acteurs assis dos à la salle qui reculent avec effroi devant l’arrivée du train en gare de La Ciotat. Il y aura les émotions ressenties par les spectateurs - la peur, le chagrin, le rêve - des scènes rejouées (Casablanca), des mouvements reconnus (la canne de Charlot ou l’os brandi par le singe de 2001 l’Odyssée de l’espace), la voix des acteurs dans leur langue qui s’est imprégnée dans nos oreilles, des flashs qui renvoient aux films de guerre et des enfants qui rêvent de Batman. On se souvient, comme l’actrice de la pièce, qu’on est toujours prêt à pleurer en revoyant les parapluies de Cherbourg, à hurler de terreur face à Dracula. La vidéo est utilisée de façon pertinente pour les interviews des acteurs, un musicien joue sur scène, l’actrice Laura Clauzel chante avec beaucoup de talent Blue velvet. Les acteurs passent avec aisance d’un registre à l’autre, de l’émotion au rire, avec des parodies d’interviews célèbres ou la caricature des remerciements d’acteurs primés dans les festivals. Ils nous font passer du rire aux larmes non pas en nous racontant une histoire comme leur double au cinéma, mais à la manière de la madeleine de Proust en réveillant en nous des images enfouies dans nos mémoires.

Chacun pourra jouer au jeu de la reconnaissance du film évoqué, mais c’est de théâtre qu’il est question ici. Il y a une certaine ivresse à passer d’un monde à l’autre et c’est délicieux !

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi et vendredi à 20h30, jeudi à 19h30, samedi à 17h et 20h30
L’Étoile du Nord
16 rue Georgette Agutte, 75018 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 26 47 47 ou 01 42 26 63 98
www.etoiledunord-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)