Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

Du 22 mars au 3 avril 2012 – BPI Centre Pompidou Paris

"Cinéma du réel" 34eme édition Festival international de films documentaires

Il ne s’est pas usé avec le temps, sa renommée internationale n’a fait que s’accroître et il est devenu un lieu incontournable pour découvrir ou redécouvrir des films qui donnent à voir et interrogent les multiples facettes du réel.
.
.
.
.
..
.
.
.
.

On peut y découvrir, en compétition internationale des films de divers pays, une sélection de 7 longs métrages d’auteurs connus (parmi lesquels sera décerné le Grand Prix par un jury international composé de professionnels diversifiés, pas seulement des cinéastes, ainsi pour la France une monteuse, Dominique Auvray, et un directeur de la photographie, Pierre Lhomme), 8 ’’premiers films’’ de longs métrages (provenant du Canada, de Chine, de France, du Japon, du Mexique, de Palestine, du Portugal), 11 courts-métrages, une sélection de 9 films documentaires de production
française de l’année... A noter que parmi les divers prix qui seront décernés, il existe un ’’prix des Jeunes’’ (2500€ Centre Pompidou et Mairie de Paris) avec un jury composé de 5 lycéens et de la réalisatrice Chiara Malta.

On peut y découvrir aussi des rétrospectives, en formes d’hommages, titrés ’’dédicaces et ateliers’’ : autour de Susanna de Sousa Dias qui, de film en film, explore la mémoire collective de son pays en travaillant sur les archives de la dictature au Portugal (Grand Prix Cinéma du réel 2010 avec ’’48’’), autour de John Gianvito (USA, mélant parfois fiction et documentaire, et interrogeant les relations de son pays avec le monde, avec son histoire... en s’insurgeant notamment contre la présence militaire américaine à travers le monde, les guerres et leurs conséquences), autour de Dick Fontaine (GB, observateur attentif des mutations culturelles, acteur de la télévision scolaire en Angleterre...), autour de Mario Ruspoli (cinéaste franco-italien, pionnier du ’’cinéma direct’’ avec un film-manifeste dès 1962),en hommage à Raùl Ruiz, le cinéaste chilien exilé en France en 1973 et décédé en 2011 (plus de 100 films réalisés en 40 ans).

photos Ph. Laville

Le Festival propose aussi des Séances spéciales :
> « Arrested cinema » une soirée dédiée aux cinéastes arrêtés, emprisonnés, assignés à résidence ou tués parce qu’ayant tenté de filmer au cœur des soubresauts politiques de leurs pays ; ce sera samedi 31 mars à 21h (entrée libre dans la limite des places disponibles).
> « Contre-bande » avec un film rare, sur le mouvement de 1968 au Japon, proposé par Adriano Aprà, critique et historien du cinéma, ancien directeur du Festival de Pesaro et de la Cinémathèque de Rome...
> « Hommage à Yann Le Masson » un cinéaste engagé et sensible, dont « les principaux films ont regardé l’actualité occupée à devenir l’Histoire et profondément marqué celle du 7ème art », dont plusieurs films furent longtemps interdits comme « J’ai huit ans » (en 1961, pendant la guerre d’Algérie), « Sucre amer » sur la campagne de Michel Debré pour se faire élire à La Réunion en 1963...
> « Rencontre avec Alain Cavalier autour de Pater  » rencontre animée par la Critique Charlotte Garson, autour de cette réalisation atypique : « Pas seulement parce que sa proposition de loi limitant l’écart entre bas et hauts salaires pourrait s’inviter dans la campagne présidentielle. Ni parce que ce film en costume prouve que l’habit fait le moine. Mais aussi parce que 45 ans après avoir percé à jour Alain Delon dans L’Insoumis, Cavalier y fait sauter l’opposition documentaire/fiction avec un levier en chair et en os, ’’chaleureux, un peu impulsif, robuste, terriblement sympathique’’.  » dimanche 1er avril à 16h30 (entrée libre dans la limite des places disponibles, le film Pater -avec Alain Cavalier et Vincent Lindon- étant projeté jeudi 29/3 à 14h au Nouveau Latina)
> « 50 ans de l’INSAS » programmation (au Centre Wallonie-Bruxelles) de films d’anciens étudiants de cet Institut ’’ayant accompagné tant de talents du cinéma belge et international’’ depuis sa création en 1962.
> « Manifest 1962-2012 / les 50 ans du Manifeste d’Oberhausen » 8 films de cinéastes signataires de ce Manifeste de jeunes cinéastes protestant contre la production cinématographique allemande de l’époque, en1962, lors du 8ème Festival international du court-métrage d’Oberhausen.
> « Mémoire du réel : Les Ateliers Varan, 30 ans de résistance » 4 films témoignant de l’activité de formation des ateliers créés dans 23 pays depuis 181 à l’initiative de Jacques d’Arthuys sur une idée de Jean Rouch...
> « Mémoire du réel : Malek Bensmail » en sa présence, projection le 28 mars de son film ’Aliénations’ consacré à la psychiatrie en Algérie.
> « Mémoire du réel : Hommage à Simone Vannier » à l’occasion de la 20ème année de l’association ’’Documentaire sur grand écran’’ qui la présida jusqu’à sa disparition en 2010 : 2 films le dimanche 1er avril à 14h
> « Exploring documentary : Combattants » Avec de nombreux films, un hommage aux cinéastes qui on lutté ou luttent encore sur des fronts de libération dans des conditions périlleuses : films de Jean-Michel Humeau (Vénézuela/France) en sa présence, de Guillermo Escalon (Salvador), de Dick Fontaine, de Frank Pineda et Deborah Shaffer (cinéma sandiniste), Margaret Dickinson (GB/Mozambique) en sa présence, Arthur MacCaig (Irlande), Clarisse Hahn (France/Kurdistan), Jocelyne Saab (France/Sahara), Tobias Engel et collectif (France/Guinée-Bissau) ; et des extraits du fonds audiovisuel Slon/Iskra distribuant des films militants depuis 1968 (avec notamment des films de René Vautier, Marcel Trillat, des films d’Haïti, d’Angola, du Canada, du Mozambique... vendredi 30 mars à 18h45)
> « A nous la vie ! / Riprendiamoci la vita » une rétrospective du cinéma politique italien à travers 6 grands domaines, avec des films documentaires méconnus de grands cinéastes tout autant que de collectifs militants...

«  Les 20 ans de l’ACID » Le Festival est aussi l’occasion de redécouvrir une vingtaine grands films qui ont bénéficié du soutien de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion), créée il y a 20 ans sous l’impulsion de cinéastes, et qui est présente à Cannes depuis 1993 avec une programmation parallèle d’œuvres pour la plupart non distribuées. Des films notamment de Mariana Otero, Jean-Daniel Pollet, Francesca Comencini, Jean-Pierre Thorn, Delphine Deloget, Laurent Bécue-Renard et de nombreux autres, avec aussi un Forum regroupant 2 autres associations (ADDOC et DSGE) vendredi 30 mars à 19h sur ’’la diffusion du cinéma documentaire’’ avec la participation des cinéastes Stéphane Arnoux, Luc Decaster, Mika Gianotti, Marion Lary, Mariana Otero, Stefano Savona et de 2 responsables de programmations/diffusions associatives Annabelle Gangneux et Emmanuelle Madeline.

Cinéma du réel, c’est enfin de nombreuses initiatives en marge des projections : ateliers sur le Son, débats et rencontres professionnelles, tables-rondes, une installation vidéo avec projection en continu sur l’actualité artistique du Maghreb et du Moyen Orient sous le signe des résistances depuis 10 ans... et puis des expositions et projections hors les murs dans Paris, en banlieues et quelques autres régions (Lille, Strasbourg, Tourcoing) pendant ou après le Festival...

Un foisonnement très stimulant, reflétant un dynamisme important de la création cinématographique interrogeant les multiples dimensions du réel avec des moyens parfois très modestes, que donne à voir ce Festival organisé par la Bibliothèque Publique d’Information (www.bpi.fr) dont ce n’est qu’une des dimensions du travail remarquable que son équipe déploit à longueur d’année.
Philippe Laville

Cinéma du réel [1], Bibliothèque publique d’information,
25 rue du Renard, 75197 Paris Cedex 04
Programmation détaillée : www.cinemadureel.org

Notes

[1(Salles et tarifs du festival :
Centre Pompidou Cinéma 1, Cinéma 2, Petite Salle, Grande Salle
Place Georges Pompidou, Paris IV
Plein tarif 6 € - Tarif réduit 4 €
Carnet de 5 séances 16 € - Carnet de 10 séances 27 €

Quelques séances indiquées ci-dessus sont à entrée libre dans la limite des places disponibles L’accès aux salles n’est pas assuré après le début des séances.
Centre Wallonie-Bruxelles
46, rue Quincampoix, Paris IVe
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
MK2 Beaubourg
50, rue Rambuteau, Paris IIIe
Plein tarif 6 € - Tarif réduit 4 € (selon conditions Mk2)
Cartes UI et Carnets festival acceptés.
Le Nouveau Latina
20, rue du Temple, Paris IVe
Plein tarif 6 € Tarif réduit 4 € (selon conditions Nouveau Latina)
Cartes UI, Le Pass, Carnets festival acceptés.
Palmarès :
proclamation Samedi 31 mars 18h45 Grande salle - Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Reprise mercredi 4 avril à la SCAM – 5 av. Vélasquez Paris 8e – 01 56 69 58 82 www.scam.fr Entrée libre dans la limite des places disponibles.)

Autres articles de la rubrique Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

  • Dulcie September, une histoire particulière
    Dulcie September, représentante de l’ANC, a été assassinée en plein Paris , il va y avoir près de trente ans. Une émission lui est consacrée sur France Culture, Une histoire particulière ; Diffusion... Lire la suite (26 octobre)
  • « Festival Les nuits des arènes »
    Né de la volonté de créer des échanges entre les individus, de décloisonner les arts, de les remettre au cœur de notre société et de laisser les jeunes s’emparer d’un projet ambitieux, le festival « les... Lire la suite (31 août)
  • Festivals de l’été 2017 – partenaires réduc’snes
    Pour la 10ème année consécutive un cahier "Spécial Festivals" est inclus dans le numéro de juin de l’US-MAG, adressé au domicile des 62.000 enseignants et autres personnels de second degré syndiqués au... Lire la suite (14 juillet)
  • S’évader pour se retrouver
    Contrairement au turritopsis nutricula, une sorte de méduse minuscule des grands fonds marins, qui nous regarde avec des yeux qui n’en sont pas, les mondes ne sont pas immortels. Ce petit animal a,... Lire la suite (11 juillet)
  • « Festival Teatro a Corte »
    Ambra Senatore, Scena Madre Jérôme Thomas, Promenade jonglée au château Compagnie Transe Express, Mù, cinématique des fluides Le premier jour du Festival s’est déroulé au Théâtre Astra dans Turin, et... Lire la suite (4 juillet)