Autour du Jazz

Un projet fou de musique et de cinéma.

« Cinéma invisible » Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian

Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes et en images. Un projet fou ? Demander à Stephan d’improviser à partir de mots clés que les deux autres lui révèlent peu à peu. Le résultat : cinq heures d’improvisation sans relation directe avouée avec le cinéma. « Cinéma invisible » est le titre de l’album qui s’imposait. Invisible pour le pianiste dans un premier temps, invisible pour l’auditeur obligé de faire appel à sa réserve d’images ou à en forger de nouvelles pour répondre à l’appel de la musique. Le monteur, lui, a écouté et réécouté pour séparer le bon grain, soit les rushes – pour employer le langage du cinéma -, de l’ivraie, ce qu’il retiendra, les images sonores d’un film à écrire. Qui s’écrit. Le scénario invisible est disponible. Avis aux amateur-e-s.

Les titres du monteur font référence aux mots, aux concepts du cinéma pour donner l’impression de se balader dans une salle de montage. Il est conseillé de suivre les appellations pour comprendre les séquences et rêver d’images qui viennent se coller sur la technique cinématographique.

Un travail collectif qui démontre que Stephan Oliva est un grand pianiste capable de se lancer dans toutes les aventures que le producteur lui propose et que Stéphane Oskeritzian est un fondu du piano et du cinéma. Philippe Ghielmetti, producteur invisible, sait presque tout de tout cet ensemble. Il donne même l’impression de savoir le résultat de cette alliance avant même la réalisation de l’album.

Jazz : Cinéma invisible

Que cette musique relève du jazz ou d’autre chose – encore que les mémoires du jazz sont présentes, de Bill Evans au free jazz – peu importe. Le résultat est un voyage immobile dans toutes ses profondeurs, dans toutes notre profondeur. A vous de vous faire le film qui convient à cette musique et à vos rêves.

Nicolas Béniès.

« Cinéma invisible », Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian, disponible et à commander sur www.illusionsmusic.fr, 15 euros port payé.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Big Rock », YR3
    « Objectif lune » est un album de Tintin resté dans les annales surtout pour sa fusée rouge et blanche qui ornait la couverture. Depuis, les hommes ont marché sur la lune qui reste un endroit, malgré... Lire la suite (17 octobre)
  • « Alice’s Wonderland »
    Marc Copland (piano) et Daniel Schläppi (basse) se sont décidé à visiter le pays des merveilles en compagnie d’Alice, forcément. « Alice’s Wonderland » fait partie des disques qui ne savent pas délivrer... Lire la suite (16 octobre)
  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)