Autour du Jazz

Un projet fou de musique et de cinéma.

« Cinéma invisible » Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian

Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes et en images. Un projet fou ? Demander à Stephan d’improviser à partir de mots clés que les deux autres lui révèlent peu à peu. Le résultat : cinq heures d’improvisation sans relation directe avouée avec le cinéma. « Cinéma invisible » est le titre de l’album qui s’imposait. Invisible pour le pianiste dans un premier temps, invisible pour l’auditeur obligé de faire appel à sa réserve d’images ou à en forger de nouvelles pour répondre à l’appel de la musique. Le monteur, lui, a écouté et réécouté pour séparer le bon grain, soit les rushes – pour employer le langage du cinéma -, de l’ivraie, ce qu’il retiendra, les images sonores d’un film à écrire. Qui s’écrit. Le scénario invisible est disponible. Avis aux amateur-e-s.

Les titres du monteur font référence aux mots, aux concepts du cinéma pour donner l’impression de se balader dans une salle de montage. Il est conseillé de suivre les appellations pour comprendre les séquences et rêver d’images qui viennent se coller sur la technique cinématographique.

Un travail collectif qui démontre que Stephan Oliva est un grand pianiste capable de se lancer dans toutes les aventures que le producteur lui propose et que Stéphane Oskeritzian est un fondu du piano et du cinéma. Philippe Ghielmetti, producteur invisible, sait presque tout de tout cet ensemble. Il donne même l’impression de savoir le résultat de cette alliance avant même la réalisation de l’album.

Jazz : Cinéma invisible

Que cette musique relève du jazz ou d’autre chose – encore que les mémoires du jazz sont présentes, de Bill Evans au free jazz – peu importe. Le résultat est un voyage immobile dans toutes ses profondeurs, dans toutes notre profondeur. A vous de vous faire le film qui convient à cette musique et à vos rêves.

Nicolas Béniès.

« Cinéma invisible », Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian, disponible et à commander sur www.illusionsmusic.fr, 15 euros port payé.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Gardez votre sang froid », Robbe/Gloaguen quartet
    Personne ne savait à quel point la musique de François Tusques nous manquait. Ce double CD dû pour l’essentiel au travail à la fois de restauration – un concert resté inédit au Déjazet en 1984 – et de... Lire la suite (23 mai)
  • « Night Bus », Gary Brunton
    Le contrebassiste Gary Brunton, grand breton a rencontré, à Paris comme il se doit, le pianiste serbo-croate Bojan Zulfikarpasic au cours du CIM – disparus depuis. Le titre qui ouvre l’album, « 83... Lire la suite (4 mars)
  • « In-Pulse 2 », Xavier Desandre Navarre
    Xavier Desandre Navarre, percussionniste et un peu batteur, avait réussi un coup de maître avec un album intitulé sèchement et justement « In-Pulse ». Comme le titre l’indiquait clairement il fallait... Lire la suite (4 mars)
  • « The HeadShakers »
    Un groupe, lillois, qui a choisi comme nom « The HeadShakers » n’a pas le droit de démériter du funk, celui de James Brown, comme de rock, celui de Frank Zappa et doit se trouver des compagnons... Lire la suite (3 mars)
  • « Back to the roots », Ntoumos
    Dominic Ntoumos, trompettiste de jazz, grec et amateur de musique électro a voulu réunir toutes ses racines dans ce « Back to the roots ». Le bouzouki – Evangelos Tsiaples – apporte la touche... Lire la suite (2 mars)