Autour du Jazz

Un projet fou de musique et de cinéma.

« Cinéma invisible » Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian

Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes et en images. Un projet fou ? Demander à Stephan d’improviser à partir de mots clés que les deux autres lui révèlent peu à peu. Le résultat : cinq heures d’improvisation sans relation directe avouée avec le cinéma. « Cinéma invisible » est le titre de l’album qui s’imposait. Invisible pour le pianiste dans un premier temps, invisible pour l’auditeur obligé de faire appel à sa réserve d’images ou à en forger de nouvelles pour répondre à l’appel de la musique. Le monteur, lui, a écouté et réécouté pour séparer le bon grain, soit les rushes – pour employer le langage du cinéma -, de l’ivraie, ce qu’il retiendra, les images sonores d’un film à écrire. Qui s’écrit. Le scénario invisible est disponible. Avis aux amateur-e-s.

Les titres du monteur font référence aux mots, aux concepts du cinéma pour donner l’impression de se balader dans une salle de montage. Il est conseillé de suivre les appellations pour comprendre les séquences et rêver d’images qui viennent se coller sur la technique cinématographique.

Un travail collectif qui démontre que Stephan Oliva est un grand pianiste capable de se lancer dans toutes les aventures que le producteur lui propose et que Stéphane Oskeritzian est un fondu du piano et du cinéma. Philippe Ghielmetti, producteur invisible, sait presque tout de tout cet ensemble. Il donne même l’impression de savoir le résultat de cette alliance avant même la réalisation de l’album.

Jazz : Cinéma invisible

Que cette musique relève du jazz ou d’autre chose – encore que les mémoires du jazz sont présentes, de Bill Evans au free jazz – peu importe. Le résultat est un voyage immobile dans toutes ses profondeurs, dans toutes notre profondeur. A vous de vous faire le film qui convient à cette musique et à vos rêves.

Nicolas Béniès.

« Cinéma invisible », Stephan Oliva/Stéphane Oskeritzian, disponible et à commander sur www.illusionsmusic.fr, 15 euros port payé.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Thomas Mayeras trio « Don’t Mention It »
    Un trio piano, Thomas Mayeras, contrebasse, Nicola Sabato – digne représentant de ses aînés, Ray Brown en particulier -, batterie, Germain Cornet – héritier du batteur Charles « Lolo » Bellonzi -, du... Lire la suite (4 décembre)
  • Frédéric Borey « Butterflies trio »
    Frédérique Borey aime le trio cher au cœur de Sonny Rollins, saxophone ténor/contrebasse/batterie qui suppose une mise en commun pour un engagement de tous les instants. Cette modalité de trio a été... Lire la suite (4 décembre)
  • Facettes de Daniel Zimmermann.
    Deux albums viennent de paraître qui permettent de dresser un portrait contrasté du trombone jeté dans les eaux troubles du jazz via Daniel Zimmermann, l’un des virtuoses de cet instrument singulier... Lire la suite (20 novembre)
  • Chloé Perrier et son cœur français
    Chloé Perrier, chanteuse et actrice, livre un album qui devrait faire jaser. Reprendre des chansons françaises devenues des standards américains – eh oui ça existe - pour se les approprier ressemble à... Lire la suite (12 novembre)
  • Nat « King » Cole, 100e
    Nathaniel Adams Coles – le nom d’état civil de Nat King Cole – est né le 17 mars 1919 à Montgomery, dans l’Alabama. La vie est dure dans ces contrées pour un enfant noir, fils de pasteur baptiste. Le... Lire la suite (26 octobre)