Actualité théâtrale

Au 13ème Art du 25 au 27 janvier – jeudi 8 et samedi 24 février -les 1er, 3 et 4 mars

« Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous

Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite.

La mort de la femme à barbe qui attirait le public a laissé le cirque sur le flanc.

Fabio, son fils, va partir à la recherche de nouveaux numéros qui pourraient permettre au cirque de renaître. Mais d’une part les auditions qui lui sont soumises ne sont qu’une suite de propositions poussives et d’autre part des rivalités se dessinent entre les artistes ; de la sulfureuse dompteuse au clown dépressif en passant par la chanteuse amoureuse.

L’arrivée d’un groupe d’artistes tziganes, malgré les méfiances qu’ils suscitent, seront-ils pour le cirque en plein déclin, le moyen de renouer avec le succès ?

Théâtre : les caramels fous

Sur ce canevas, Les Caramels Fous ont tissé, comme à leur habitude, un spectacle coloré, débridé plein d’enthousiasme et de bonne humeur mais qui laisse percer derrière une succession de numéros joyeux et d’apparence artificielle, en filigrane, un regard sur des sujets plus graves de notre société, l’homophobie, le droit à la différence ou la peur de étranger.

L’univers musical des Caramels fous alterne ainsi en même temps que des moments d’émotion, des explosions joyeuses et des arrangements savoureux inspirés de succès d’artistes tels que Prince, Michael Jackson, George Michael, Lady Gaga, David Bowie, Bernard Lavilliers Michel Legrand, ou Léo Ferré ... Mais aussi Bizet, Rossini ou Verdi.

La conception du spectacle d’Antony Puiraveaud et la mise en scène de Stéphan Druet sont jubilatoires, bourrées de trouvailles, portées par l’énergie sans compter de chacun des artistes participants.

Le travail sur les arrangements musicaux, sur l’originalité des costumes et la qualité des maquillages est très réussi.

Dommage (mais il faut laisser le temps au spectacle de se roder) que les chorégraphies qui manquent encore de rigueur laissent ici ou là, l’impression que les talents et les énergies tournent parfois un peu à vide.

Mais ne boudons surtout pas notre plaisir et reconnaissons que les qualités de ce spectacle de revue l’emportent largement sur des rares moments « d’hésitation. »

Francis Dubois

Théâtre Le 13ème Art 30 avenue d’Italie 75 013 Paris

Réservation 01 53 31 13 13 / www.le13emeart.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)