Actualité théâtrale

Du cirque tsigane en état de grâce

Cirque Romanès

"Si tu m’aimes plus, je me jetterai par la fenêtre de la caravane" , nouvelle création du cirque tsigane Romanès, nous fait revivre un cirque des origines, fragile et gracieux, où la moindre acrobatie en trapèze nous tire des frissons et dont la beauté réside dans notre délicieuse suspension à l’instant présent : tout peut arriver. Sur la piste, un orchestre impétueux et de sensuelles danseuses aux jupes fleuries ouvrent le bal, puis les numéros s’enchaînent, des jongleurs à la funambule sur talons hauts en passant par le vertigineux tissu aérien et l’étourdissant cercle. Autant de jeunes gens qui émerveillent ou étonnent pour leur créativité, et qui renouent certainement avec un tradition populaire qui nous rend spectateur-trice d’accidents réussis. Il y a quelque chose d’un refus de l’artifice et du cirque parfait, guindé, lissé, bref…commercial. Ici, on devine les coulisses et le travail : Alexandre Romanès, qui tantôt veille sur son équilibriste, pousse ensuite l’illusion à son comble, avec ce petit chien dont il n’obtient pas le numéro attendu. Et nous y croyons, comme des enfants…

Théâtre : Cirque Romanes

Les représentations peuvent s’accompagner, pour les classes, d’un programme pédagogique, présenté par Alexandre Romanès (l’histoire des tsiganes ; leurs multiples noms - roms, manouches, gitans, bohémiens ; les tribus, liées aux métiers etc).

Doriane Spruyt

Chapiteau du Cirque Tzigane Romanès (Square Parodi, Bd de l’Amiral Bruix, 75016 Paris, Métro Porte Maillot, ligne 1). En tournée dans l’est de la France et en Allemagne (dates à venir. Plus d’informations : www.cirqueromanes.com et 01 40 09 24 20 / 06 99 19 49 59.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Iphigénie »
    Quand la France a été mise en confinement, Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre et metteur en scène, a repensé à la tragédie de Racine, où l’armée des Grecs, en partance pour la guerre de Troie, se... Lire la suite (29 septembre)
  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)