Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un essai sur la place de Debussy à l’occasion du centenaire de sa mort

« Claude Debussy », Philippe Cassard Révolutionnaire un jour, révolutionnaire toujours.

2018, centenaire de la mort de Claude Debussy, né en 1862, peu fêté sinon le 25 mars jour de la mort du compositeur. Il meurt trop tôt à son gré. Il aurait pu dire, comme Maurice Ravel, « j’ai encore plein de musique ». Il faut dire que ses propos étroitement nationalistes, « anti boches » et contre les métèques ne le feront pas regretter. L’essentiel, comme souvent, n’est pas dans cet emballement imbécile bien dans l’air du temps. Air du temps qui conduit même les plus réfractaires, comme Breton ou Aragon, à s’engager dans cette guerre, présentés comme la lutte des valeurs universalistes de la Révolution française contre la barbarie allemande qui, pourtant, tient le pavé intellectuel en ces années de fin du 19e siècle. La philosophie allemande enseignée, à commencer par Hegel et Marx, est la référence de ce Parti Socialiste Unifié (en 1905) qui pleure la mort de Jaurès assassiné juste avant l’entrée en guerre.

L’essentiel, c’est la musique. Là est la révolution. Une révolution profonde dont il faut prendre la dimension. La rupture se veut totale par rapport notamment à Beethoven et au romantisme allemand. Debussy trouve une autre voie. Il sera à la source d’autres révolutions, d’autres créations après la Première Guerre Mondiale via notamment le « Groupe des Six » et le jazz.

Essai : Claude Debussy

Debussy, sensible à ces musiques de danse, musiques sauvages présentes en France dés le début du siècle, composera ragtimes et autres « Cakewalk », ancêtres du jazz dans cette préhistoire où les codes sont inconnus. Le jazz devra son nom à la parution du premier disque où le terme « Jazz » - écrit d’ailleurs « Jass » pour ne pas choquer – est utilisé dans le nom du groupe qui enregistre, le 26 février 1917, le premier disque « de jazz », l’Original Dixieland Jazz Band » en l’occurrence. en mars 1917. Comme pour Ravel, son cadet, le jazz fera partie de cet ensemble qui lui permettront de construire une nouvelle architecture musicale.

Il fallait un hommage vivant à ce compositeur hors norme qui, suivant les contemporains, a fait souffrir les femmes. Il avait conscience d’être un révolutionnaire comme la plupart des grands créateurs. Philippe Cassard, pianiste et homme de radio, s’en est chargé. Il dresse le portrait de l’homme par l’intermédiaire de la correspondance de Debussy et, surtout, il présente l’œuvre, ses difficultés et les raisons pour lesquelles il faut parler de révolution. Il brosse aussi les influences des autres arts comme une aquarelle de Turner ou des photographies pour indiquer que le musicien trouve son inspiration pas seulement dans les musicien-ne-s qui l’ont précédé ou sont ses contemporains – comme Erik Satie, un des grands maîtres.

Un style agréable, détendu apparemment, procure un plaisir de lecture qui permet de faire passer des notions plus techniques nécessaires à la compréhension des œuvres. Philippe Cassard donne envie d’entendre Debussy, de se plonger corps et âme dans cet univers particulier pour participer une fois encore à sa révolution, pour la faire vivre. Un pari réussi que ce petit livre gros de la fureur de l’auteur pour faire connaître et reconnaître le compositeur dont il joue aussi les œuvres.

Nicolas Béniès.

« Claude Debussy », Philippe Cassard, Actes Sud.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)