Actualité théâtrale

Théâtre 13 jardin jusqu’au 23 décembre 2017.

« Clérambard » Une comédie satirique de Marcel Aymé. Mise en scène Jean-Philippe Daguerre.

Le Comte Hector de Clérambard est pris jusqu’au cou par les dettes. Il règne de façon tyrannique sur une famille qui file doux. Sa femme et sa belle-mère en sont réduites à cuisiner du chat et à tricoter des chandails qui sont mis en vente dans la modeste boutique.

Quant au fils Ocrave, un jeune homme un peu simplet, le Comte aimerait bien le marier à Evelyne Galuchon, jeune fille très laide dont les parents, de gros commerçants argentés, sont prêts à se débarrasser même au prix d’une exorbitante dot.

Mais alors que le mariage est presque conclu, le temps d’une apparition Hector de Clérambard est « visité » par Saint François d’Assise, l’ami des animaux qui prône des règles de vie basées sur le dénuement et la pauvreté.

La lecture de l’ouvrage que le saint lui a recommandé va finir de transformer la vision que Clérambard avait de l’existence et dans la foulée de cette soudaine métamorphose, il ne souhaite plus que son fils épouse une riche héritière mais au contraire, La Langouste, une jeune prostituée qu’il considère comme l’innocente victime d’une société cruelle et ravageuse.

Théâtre : Clérambard

On pourra trouver dans la pièce de Marcel Aymé beaucoup de résonances avec le monde actuel mais ce n’est pas là que réside l’intérêt de « Clérambard », œuvre originale, minutieusement construite qu’on pourrait classer entre le boulevard et la satyre grinçante mais qui, par la singularité de son sujet et de ses rebondissements, garde toute sa complexité.

L’écriture est vive et les personnages, même s’ils sont pour la plupart d’entre eux stéréotypés, bénéficient d’un tel dosage de traits de caractère caricaturaux et d’humanité qu’ils surprennent sans cesse tant par la gestuelle que par leur façon de dire les dialogues.

La mise en scène est subtile et chacun des interprètes s’acquitte avec beaucoup de nuances de jeu de sa partition.

Ici, pas besoin de réécrire le texte, de resituer l’action dans le monde contemporain, de s’entourer d’accessoires rutilants. Pas besoin non plus d’un gigantesque dispositif tournant pour accompagner la dramaturgie...

On est ici dans le respect d’un texte et dans un vrai exercice théâtral divertissant et qui a vocation à ne trahir personne..

C’est piquant. C’est drôle. Ça mène à réflexion et, pour des jeunes gens qui voudraient s’intéresser au théâtre, voilà la conjugaison d’un texte et d’une mise en scène qui accompagnent magnifiquement la montée en puissance d’une structure dramatique classique.

Un moment de vif plaisir !

Francis Dubois

Théâtre 13, Jardin 103 A Boulevard Auguste Blanqui 75 013 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)