Actualité théâtrale

à la MC 93 de Bobigny, jusqu’au 7 avril 2012

"Clio" de Charles Péguy, mise en scène Valérie Aubert et Samir Siad

Le "Théâtre en Partance", la compagnie que dirigent Valérie Aubert et Samir Siad est implantée en Basse-Normandie, dans le département de la Manche.
Les textes qu’ils choisissent de mettre en scène sont souvent très exigeants. Leur préférence va vers des auteurs comme Paul Valéry, Yannis Ritsos, Fernando Pessoa, Antonio lobo Antunes ou Bernanos qui avait été le matériau de leur avant-dernière création, la saison dernière à la MC 93, "Compagnons inconnus".
Charles Péguy n’a pas écrit "Clio" pour le théâtre mais, pour Samir Siad et Valérie Aubert, cet auteur est doté de l’art de donner une forme théâtrale à sa pensée.
L’adaptation qu’ils en ont faite est un monologue. Le personnage qui s’en empare est à la fois réaliste, celui d’une vieille femme qui pourrait être la gardienne de la barrière qui fait la séparation entre les royaumes des morts et des vivants et celui, mystique, de Clio la muse de l’histoire.
Le personnage vêtu d’une longue cape noire à l’imposante tignasse grise, voûté par l’âge, appartient à la fois au monde des hommes et à celui des dieux.
La barrière qui est l’élément central du décor, si elle représente le passage à la mort, figure également la frontière entre les œuvres et le public.
Il est beaucoup question de l’accès de l’œuvre au public dans le texte, du rapport de l’auteur au spectateur.
Les œuvres sont livrées vivantes au lecteur, au spectateur, au visiteur d’une exposition et notre désintérêt, notre indifférence, notre légèreté à leur égard peut déboucher sur l’oubli et la mort, dit en substance Charles Péguy qui parle d’aventure effroyable et d’une effrayante responsabilité.
Le texte est beau, fort, d’une belle poésie, mais l’océan de paroles qu’il constitue nécessite de la part du spectateur une grande disponibilité.

photo Christophe RAYNAUD DE LAGE

D’autant que le regard est sans cesse sollicité par les superbes images qui constituent ce spectacle dont la scénographie est une réussite.
Au gris du décor général, au sombre des costumes, s’ajoutent des lumières d’une délicatesse qui, avec le tintement des cloches ou la musique égrainée d’un shamisen, créent une atmosphère envoûtante.
Francis Dubois

MC 93 Bobigny
9 boulevard Lénine
93 000 Bobigny

Réservation (partenariat Réduc’snes tarifs réduit aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 60 72 72
www.mc93.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)